Le concept de l’effet jogging, ou le détournement de la technologie

test_turing_pensee_machine_disquetteDans un monde moderne, où l’on se déplace en voiture, en bus, en tramway, grâce aux grandes inventions de l’histoire humaine,
il est étonnant que les gens se mettent à courir, tout seul.
Dans un monde numérique où les moteurs de recherche trouvent les pages web qui nous intéressent, il est curieux de voir des internautes passer du temps à référencer des pages, des liens. La curation !
L’usage technique revisité, c’est l’effet jogging !

L’effet jogging.

Nous vivons dans un monde technique qui supplante largement nos pratiques :
le transport mécanique pour la marche, la production agricole pour la subsistance de la nourriture, la messagerie informatique pour la lettre épistolaire…
Ainsi, les pratiques « ancestrales » tendent à être oubliées par l’homme.
Même dans l’usage agricole, certains agriculteurs souhaitant reprendre une culture saine de leurs champs, par le bio, ont oublié les gestes millénaires.

La transmission des pratiques de la pensée est un sujet sensible pour Régis Debray, qui a regroupé ces réflexions dans une discipline : la médiologie.

La médiologie s’intéresse à l’impact de la technique sur les relations de l’Homme, de sa pensée, de ses pratiques humaines.
La technique influe nos comportements.

Dans un monde technique, où la raison, les usages du corps sont oubliés, Régis Debray a inventé la formule de « l’effet jogging ».
« Au début du siècle, certains visionnaires avaient pronostiqué que l’usage immodéré de l’automobile par les citadins provoquerait bientôt
l’atrophie de leurs membres inférieurs , le bipède motorisé se désaccoutumant de la marche.
Qu’a-t-on vu depuis ?

Ceci : depuis que les citadins ne marchent plus, ils courent.
Fanatiquement. Dans les parcs, ou, à défaut, en salle, sur tapis roulant. »

[ conférence Séville , 2006 ]

C’est-à-dire :
Derrière certains usages techniques quotidiens, des comportements de contournement naissent.

Comme un retour arrière.
L’usage de la technique est toujours en mouvement.

Une innovation n’entraîne pas obligatoirement des transformations sociales que l’on a pu mettre en avant.
Au contraire, la nouveauté technologique entraîne souvent le retour d’archaïsmes ou de « progrès rétrogrades », par lesquels les cultures détournent les changements trop rapides de l’environnement technique.

Quelques exemples de l’effet jogging :

Autour du retour à un usage technique sain : le retour au lait matériel.

La stérilisation du lait a pu apporté des progrès dans la lutte contre la mortalité infantile.

Aujourd’hui, la pratique largement conseillée aux mamans est de donner le sein : car le lait maternel est celui qui convient le mieux au nourrisson.
On remarquera que « donner le sein » est une technique, également, celle du corps. Il ne faut pas toujours distinguer technique de l’Homme ; car le corps est le premier objet technique de l’Homme. A ce propos, on relira l’article les techniques du corps de Mauss.

Le retour au co-voiturage, l’usage économique.

On pensait l’automobile au centre égocentrique du « mâle » qui dispose par sa voiture d’un statut social, et de toute puissance.
Les récents usages écologistes mais surtout économiques ont remis au goût du jour de partager son véhicule, avec d’autres.

Le troc.

Il y a encore quelques décennies, on trouverait cet usage celui de l’antiquité : le troc.

Le troc est l’opération économique qui consiste à donner un bien à un autre, en échange d’un autre bien. Il existait avant l’invention de la monnaie.

Aujourd’hui, le troc est redevenu un usage : je troque mes outils, des services ( bricolage par exemple ) , ou même des heures de mon temps libre.

Les sites internet se sont lancés dans cette vague. Ce nouvel usage ( vieux de plusieurs millénaires ) est associé à la consommation collaborative : en période de crise ( comme la guerre, ou une crise financière ), on troque ses biens pour des raisons économiques. Sans argent, on « monnaye » ce dont on dispose. Plus vertueux, l’aspect économique s’estompe : il s’agit d’un acte citoyen, d’environnement durable, dans une société du « tout consommation ».

Le retour au scrapbooking, ou le retour au loisir manuel.

La production industrielle a placé l’homme en tant que consommateur, passif. La créativité de l’Homme est mise à mal, devant une profusion d’objets techniques marketés que l’on désire. Mais qui coupe tout ressort de créativité.
Le scrapbooking est un retour, ( certes commercial ), sur l’usage de nos mains. Et de créer.

Les exemples sont multiples, et il est , en tant que sémiologue et de tout curieux des Sciences de l’Information et de la Communication , de trouver  ces usages « rétrogrades ». C’est assez jouissif …

Le retour au disque vinyle.

On pensait que le CD puis que le téléchargement numérique allaient faire totalement disparaître les vinyles. Cet objet qui prend de la place, et qui n’était pas pratique. La numérisation et la miniaturisation des supports physiques ( le CD ) n’ont pas réussi à tuer le disque vinyle. Depuis quelques années, il est de nouveau acheté. Et un réenchantement de cet objet du XXème siècle. Les usines de production font parfois même face à des ruptures dans l’approvisionnement. C’est en période de fêtes, que le vinyle retrouve place dans les rayons, et les achats. Il s’agit d’un vrai objet qu’on caresse, qu’on peut sentir.

Les anciens usages numériques revisités dans le Web 2.0

On remarquera que l’effet jogging a lieu également à l’intérieur de la sphère technologique.
Le concept de Curation, apparu dans les années 2000, consiste à consolider, aggréger des informations sur une page unique ( scoop.it, paper.li ).
L’objectif est d’y consolider des liens, des informations relatives à un même sujet ( le football, la communication, etc.. ).

Il est surprenant que des êtres humains passent du temps à aggréger ces données, alors que les moteurs de recherche, les flux RSS permettent instantanément de retrouver des informations autour d’un sujet.

Ou des pages tels que yahoo, hotmail, qui aggrègent automatiquement sur votre page d’accueil de votre navigateur les informations auxquelles on s’est abonné.
C’est clairement « l’effet jogging » : Face à une obésité d’information [ infobésité ], maîtriser ses sources d’informations, les catégoriser soi-même est un retour de l’usage qu’on avait auparavant. Sur un blog, un site web qu’on alimentait avec des références à d’autres usages.
Ici, l’effet jogging fonctionne à l’intérieur même d’une sphère purement technologique.

Le retour à la la machine à écrire, par les services secrets Russes.

Après les révélations d’Edward Snowden sur la surveillance numérique par les Américains, via leur programme Prism, les services secrets Russes ont décidé de revenir à la vieille machine à écrire et au papier. Plutôt que d’utiliser les ordinateurs, avec la suspicion qu’ils puissent être espionnés. Voilà un exemple de l’effet jogging , ou le retour « rétrograde » à d’anciens usages. ( A lire ici : espionnage, Prism et Russes )

La réussite d’une technique est toujours aléatoire. Et ne peut être, si elle n’est pas efficace, et ancrée dans une histoire, une tradition.
Les mouvements de relents et d’accélération technologiques sont toujours maîtrisés par l’usager, l’Homme.
En soi, c’est rassurant !

En savoir plus. 

Médiologie générale de Régis Debray.
Définition et histoire de la curation, ou la transmission de la bibliothécaire.
Les réseaux sociaux en 1991, ou nos médias selon Régis Debray.

Publicités

17 réflexions au sujet de « Le concept de l’effet jogging, ou le détournement de la technologie »

  1. Ping : Dictionnaire des sciences de l’information et de la communication | Zeboute' Blog

  2. Ping : Les réseaux sociaux en 1991, ou nos médias selon Régis Debray | Zeboute' Blog

  3. Ping : Le 45 tours, cet objet désuet du 20 ème siècle | Zeboute' Blog

  4. Ping : L’écriture, le nouvel usage revisité | Zeboute' Blog

  5. Ping : Le troc, l’économie collaborative ou l’effet jogging ! | Zeboute' Blog

  6. Ping : La consommation collaborative, ou le Oui je partage ! | Zeboute' Blog

  7. Ping : Le disquaire day, ou le retour du Vinyle ? | Zeboute' Blog

  8. Ping : J’ai rencontré des stars de l’infocom ! | Zeboute' Blog

  9. Ping : C’est vrai, je l’ai vu sur internet ! | Zeboute' Blog

  10. Augustin MBIA

    J’ai tendance à penser qu’il y a lieu de faire une différence entre les pratiques de détournement et les pratiques de contournement. Les pratiques de détournement consisteraient à se saisir d’une innovation ou d’une technologie pour la soumettre à un usage autre que celui auquel son auteur l’avait destiné. Exemple: les disc jockey qui détournement l’usage du disque Vynil pour le soumettre à leur besoins de création d’ambiances sonores.
    Les pratiques de détournement quant à elles relèveraient de logiques d’évitement de la technologie ou de l’innovation, ou, de toutes manières, de développement de pratiques parallèles, et parfois contradictoires.
    Il semble alors que l’effet « jogging » relève davantage de cette logique.
    L’intérêt des pratiques de contournement peut résider dans le fait qu’elles attirent l’attention sur les luttes culturelles et idéologiques qui entourent l’avènement et les usages de toute technologie et de tout objet. Quant aux pratiques de détournement, elles semblent davantage mettre en lumière la distance qui peut exister entre les pôles producteurs et utilisateurs des objets et des technologies, et les nécessaires ajustements tendant à résorber cette distance.

    Répondre
    1. Raffin

      d’accord avec vous Augustin ! Cela dit je propose une 3ème alternative: pratiques de retournement. En ce qui me concerne, j’aime courir car il n’y a pas de mode plus pur de la liberté, je n’ai besoin que de baskets et je me déplace n’importe où, je suis autonome presque indépendant. L’effet jogging cela serait de me dire: « si seulement je pouvais communiquer ce plaisir à tous ceux qui ne connaissent pas le second souffle, le picotement de l’acide lactique, la chaleur enivrante de l’accomplissement de l’effort et surtout celle de la douche ! Je ne peux concevoir que les mots « contournement » et « détournement » soient liés au jogging, c’est l’effort pur et noble par excellence. Il implique des gens vrais qui se saluent et qui se respectent quand ils se croisent. Que je plains les automobilistes quand je déroule mes foulées sur le bitume ou dans les champs, qu’importe ma vitesse. L’effet jogging n’existe pas en France, dans la pratique quotidienne je m’entends. Il ne faut pas se fier aux milliers de coureurs qui s’essayent sur les 10, 21 ou 42 kilomètres, sur les courses de masse. Ce sont souvent des néophytes et ils balancent leurs gobelets par terre, c’est beau « l’effet jogging » ! 🙂

      Répondre
  11. Ping : Le monde numérique à Paris. Et dans l’histoire. | Zeboute' Blog

  12. Ping : Pensées numériques #1 | Zeboute' Blog

  13. Ping : N’ayez pas peur. Thomas Pesquet est là. – Pensée positive, Un peu de sens …

  14. Raffin

    Bonjour, l’effet jogging n’est certainement pas une conséquence du phénomène automobile. Par contre, la sédentarité des gens oui, et l’effet jogging ça serait plutôt de comparer la compilation de compétences ou plutôt l’adoption d’une posture autonome qui vise à emboîter le pas de la numérisation. Je me documente car j’ai les outils à disposition et je fais les efforts. Je cours car j’ai de bonnes baskets et un parcours adapté, ceci est un paradigme d’accomplissement et non de contournement ou je ne sais quel détournement. Bien essayé quand même.

    Répondre
    1. zeboute Auteur de l’article

      Le concept de l’enfer jogging ne date pas de nos nouveaux usages mais bien du siècle dernier . Et écrit par regis debray. Au delà du jogging en tant que tel c’est la propension naturelle qu’on voit de l’être humain à se réapproprier lui même des usages oubliés ou détournés par le monde moderne. Regis debray cite par exemple le retour à la religion extrémiste par exemple . Merci de votre commentaire . Guillaume

      Répondre
      1. Raffin

        c’est un sujet très intéressant mais le jogging est beaucoup plus récent que cela (voyez le film « free to run »), je comprends bien cette logique mais le terme « jogging » est gênant. Il me gêne car ce n’est pas une tendance nette, en tout cas elle n’est pas visible. Les gens, j’insiste, ne font pas de jogging, ils n’en ont jamais fait en France (en masse). En revanche, on ne se rend pas bien compte du phénomène de sport en « indoor », je crois que les français sont très nombreux à être inscrit en salle de sport, c’est à dire à l’abri du vent et de la pluie. Ce comportement est certainement un retour de pratique ancestral et il faut le saluer. Je n’encourage pas cependant les éminents intellectuels comme Régis Debray à utiliser des termes qui ne renvoient pas à une praxis dans leur propre quotidien humain. Un peu comme Michel Onfray quand il dénigre la trottinette… S’il vous plaît ne touchez pas au sport, dites « effet bloc-notes » par exemple. Regardez la diffusion des séances à l’assemblée ou au sénat, pensez-vous que nos législateurs et exécutants tapotent sur les tablettes ? Non ils notent des textes, des textes monsieur je vous le dis, avec un stylo bic ! 🙂 nous ne sommes pas dupes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.