Archives du mot-clé bruit

Claude Shannon Théorie mathématique de la communication

Points de repère

Plus loin

Source Claude Shannon [1916-2001]. 1948, Mathematical Theory of Communications .

Introduction

Voilà un des textes les plus essentiels qu’on puisse connaître dans un siècle. Comme la théorie générale de Darwin. Ce texte définit une science de l’information, et une théorie mathématique, qui permet aujourd’hui d’écouter la 5ème symphonie de Mozart sur son i-phone, user de l’ordinateur, de la télévision, du fax. Claude Shannon a dématérialisé tout contenu de communication en suite logique de « bits ». Peu importe le contenu ( visuel, son, ..).

Avant Shannon, on pressentait qu’un message, télégraphique par exemple, pouvait être codifié, transporté, et « redéballé » pour le restituer à l’humain. Les laboratoires Bell travaillaient déjà sur le sujet. Robert Wiener, maître de Shannon, par ses réflexions sur la probabilité des états de transmission d’un signal a influencé cette théorie.

L’apport de Shannon a été de cristalliser des courants de pensée, et les formaliser dans ce texte essentiel.

On n’abordera pas ici les théorèmes relatifs à la capacité d’un canal de communication à transmettre la quantité d’information.

Système de communication.

Claude Shannon définit le système de communication [ schéma de Shannon ] :

Modèle de communication de Shannon

source → encodeur → signal → décodeur → destinataire, dans un contexte de brouillage

L’information.

Shannon définit la notion d’information, d’un point de vue scientifique.

L’information est une mesure scientifique. Elle n’a pas de lien avec la signification en tant que telle d’un message. Il s’agit bien d’une théorie des signaux. On ne s’intéresse pas au sens des messages. C’est ce qui fait la force de cette abstraction. « il n’y a de science que le général ». Shannon refuse la spécificité du message ( sa signification par exemple ) au profit de ses caractéristiques physiquement observables. C’est en cela que « par une série d’élargissements successifs, un modèle de communication partant de l’échange de signes parfaitement définis depuis un point jusqu’à un autre », Claude Shannon a pu intégrer plus globalement ensuite la musique, la parole, l’image.

L’information est une mesure de la liberté de choix, dont on dispose lorsqu’on sélectionne un message. Une mesure mathématique de l’originalité de la situation, créée au récepteur par l’avènement d’un message.

Lorsque j’ai le choix entre 2 messages («  noir  » ou « blanc  »), j’ai deux possibilités que je représente par 0 ou  1. Plus généralement, la quantité de l’information est définie par le logarithme du nombre des choix possibles. 2 puissance n, lorsqu’il y a n choix possibles. Pour le choix le plus simple, l’unité d’information est 2  (2 puissance 1 ). Cette unité d’information est appelée bit ( mot proposé par John W. Tukey pour « binary digit » ).

De sorte que le « digit binaire » ou « bit » est naturellement associé à une situation de double choix constituant une unité d’information. Dans un système à 3 choix possibles, j’ai 2 puisse 3 soit 8 possibilités, formalisée par 000, 001, 010, 011, 100, 101, 110, 111.

Entropie et probabilités d’information.

Plus on a le choix dans l’élaboration des messages, plus la probabilité de choisir un des messages est forte,  et plus grande est l’information. ( entropie forte ).

Plus une situation est hautement organisée et prédictive ( « le soleil se couche en fin de journée »), le  hasard ou le choix sont limités, plus l’information ( ou entropie ) est faible.

« La quantité précisément nécessaire à l’établissement de l’information correspond exactement à la notion thermodynamique d’entropie. Elle s’exprime en termes de probabilités. Celles nécessaires pour l’accession à certains stades de processus de formation des messages, et celles une fois ces stades atteints, prévoyant le choix suivant de certains symboles. »

Soit le mot « joie » ; le « e » est déterminé, ne laisse pas le choix à celui qui écrit le mot. Il s’agit de la fraction de structure de message qui est déterminé non par le libre choix de l’émetteur mais plutôt par des règles statistiques admises gouvernant l’emploi des symboles en question ( ici la langue française ). On l’appelle « redondance », car cette fraction du message n’est pas nécessaire, et redondante.

Le bruit.

Le bruit modifie le message, lorsqu’il y a parasite sur une ligne téléphonique par exemple. Une erreur dans la transmission du message. Ces éléments « perturbateurs » de la transmission sont appelés « bruit ». Naturellement on peut penser que le bruit abime le message transmis ( on n’a pas tout entendu ),et donc que l’information transmise diminue . Paradoxalement, l’incertitude du message augmente, et donc l’information.

L’impact de ce texte est fondamental. Sa synthèse d’une dimension communicationnelle de son modèle a inspiré les linguistiques.

Jakobson, par exemple, s’est inspiré du modèle de Shannon , pour structurer les 6 fonctions du langage. Ses études ont elles même marqué les sciences linguistiques.

Au code, émetteur, destinataire, canal,   message et bruit, Jakobson en a déduit les fonctions du langage ordinaire : les 6 fonctions du langage de Jakobson

Ce texte reste moderne : aujourd’hui avec les nouveaux réseaux sociaux, ces concepts demeurent.

On lira ainsi : les 6 fonctions de Twitter, selon Jakobson : un exemple appliqué à ce réseau social

Le modèle de Shannon a structuré toute une école de la pensée autour de la communication. On lira cette évolution : l’évolution du concept de la communication.

Claude Shannon : en savoir plus !

Claude Shannon a laissé son nom à un prix décerné chaque année par l’association de la théorie de l’information (IEEE), pour récompenser les avancées sur la théorie de l’information. Site officiel : IEEE Information Theory Society.

Claude Shannon a vraiment bousculé notre monde.

Aujourd’hui, le bit, l’octet ont permis de révolutionner le monde. Notamment le monde numérique : les photos, les textes, les vidéos, et bientôt le monde des objets connectés du monde réel suivent ce même trajet, tracé par Claude Shannon.

D’un point de vue humain, l’être humain est ainsi devenu numérique, extension d’un monde improbable : le bit ou la sueur de la vie numérique

 

 

Sémiologie du SMS

Points de repère

Plus loin

Sémiotique du SMS , introduction.

Etude sur le SMS.

Le SMS ( Short Message Service ) est comme le télégraphe, ou le téléphone un media par lequel on communique. L’intérêt de s’y pencher est que ce mode de communication, toujours en mouvement, a grand usage auprès des jeunes, et notamment la génération appelée « Génération Y ». Paradoxalement, ce moyen extraordinaire d’échanger des messages est parfois considéré comme un outil « autiste », dans le sens où l’interlocuteur passe son temps à envoyer des SMS à des connaissances, ailleurs, rompant tout lien social avec la réalité, ici.

Cette étude sémiologique du SMS nous éclairera sur les dimensions variées de ses fonctions, ses usages, et sa sémiotique au regard des sciences de l’information et de la communication.

Formidable instrument, il est l’exemple par excellence de la manière où le langage et la pensée sont transformés par le support du média, et de la technique.

Objet du SMS.

Pourquoi envoie-t-on des SMS ?

Le  SMS a plusieurs fonctions ( dont celles purement commerciales que nous n’aborderons pas ici ) :

Fonction utilitaire :

Elle est largement liée à une fonction liée à l’espace, puisque le SMS envoyé depuis un téléphone mobile, suit le destinataire du message. On retrouve ici la valeur informative, utilitaire, précise d’un message : « Sui arivé à Lyon, tou va bene J ». L’intérêt du message ici est qu’il peut être purement uni-directionnel ; on n’attend pas de retour particulier. Par analogie, le SMS est ici une carte postale, qu’on envoie, pour envoyer peu d’informations ( « je suis en vacances à Nimes, il fait beau »).

Fonction phatique :

La communication par SMS est une conversation entre deux interlocuteurs ( bien qu’elle  ne soit pas synchrone ). Il s’agit d’un échange de messages anodins, quelques questions, un peu d’humeur dans le propos. En ce sens, elle n’est pas une discussion basée sur une argumentation par exemple, et elle est rarement une réflexion sur un sujet précis, comme l’entrée de la Roumanie dans l’Union Européenne.  Elle est une conversation dans le sens où :

–          Elle n’a peu d’enjeu. L’information véhiculée a peu d’intérêt la plupart du temps. « je dois aller chercher du pain pour ma mère, zut » ; -« suis arivé » –  « fe bo » ? –« top kool »).

–          Les messages peu informationnels permettent surtout de conserver le contact, par le renvoi en ping pong de petits messages. Ils rejoignent la fonction phatique de la conversation [ fonction développé par Jackobson ], comme 2 individus à l’entrée d’un ascenceur ; briser le silence par une suite de messages.

–          La cinématique des messages généralement suit le mécanisme suivant :

  • Une première information, initiatrice de l’échange ( parfois la seule « signifiante »), comme « je viens de terminer mon devoir », ou initiatrice de la possibilité ou pas d’engager la conversation. ( s’assurer que le destinataire est disponible [ de nouveau on rejoint la fonction phatique, du « canal » / contact, propre à Jackobson ] ).
  • Ensuite le cadre de la conversation est posé, et n’a pas d’objet défini  . Il est une succession de messages anodins ( la longueur des messages ne permet de s’apesantir sur la profondeur du propos … )

Le cadre d’entente et établi entre les 2 locuteurs : la finalité est de prolonger un moment d’existence et de partager.

D’ailleurs on se posera la question : «  pourquoi ne pas se téléphoner ? ». Justement car on n’a rien à dire, ou si peu, que l’appel téléphonique se résumerait à quelques minutes. Echanger par SMS, c’est prolonger la communication.

Les critiques de cette forme de communication rétorquent qu’effectivement, il n’y a rien dans ces messages. La valeur de l’information est proche de zéro ( si on la calcule selon les principes de Shannon ). Certes, c’est le propre de ce média, mais aussi le propre de certaines formes de communication. Comme la coiffeuse qui parle chiffon et beau temps avec sa cliente le temps de la coupe.

La différence ici c’est que la conversation de la coiffeuse permet d’éviter le silence entre deux inconnus, d’éviter la gêne du silence. Elle permet surtout de ne pas parler de soi, de sujets polémiques ( politiques, religieux) avec un inconnu ; de ne pas se mettre en danger, ou se dévoiler.

Dans le cas du SMS, le destinataire du SMS est connu, et plutôt intime. Ce n’est pas le silence entre deux êtres que l’on tente de briser, mais le silence d’être avec soi.

La vertu de ces échanges est donc de n’être pas « être seul avec soi », de prolonger sa « inner-life », ou vie intérieure avec autrui. Le propre de la communication en somme, on l’oublie souvent, dans une rationalisation de l’information.

Pour revenir à l’outil « autiste » dont parlent souvent les parents au sujet de leurs enfants :  Pourquoi ne pas parler avec les gens présents « ici » ?

L’adolescente qui envoie un SMS à son amie n’a justement pas envie de discuter de sa vie intérieure avec sa mère. S’il n’y avait pas de SMS, elle écrirait certainement dans son journal intime. L’intérêt du SMS est donc de créer un lien avec l’autre, pour soi. Il s’agit bien d’un rapport avec l’autre comme son jardin secret, où on inviterait ses intimes. Cette valeur intime n’est évidemment pas systématique, et concerne les plus « addicts », génération Y.

Fonction poétique :

Certains messages ont une valeur poétique ( au-delà de la poésie ). La limitation des mots nécessite le bon choix. La sélection entre les mots  ( tu  es  lumineuse / un soleil / mon éclair ) est cruciale dans le message, par sens de l’économie. Le SMS renforce ce travail conscient ou inconscient de sélection [ qu’on appelle paradigme  ]. Le texto a la longueur du vers, et permet les messages construits plus aboutis.

On remarquera que cette fonction est  plus large que la poésie. Simplement on veut que le texto soit « beau » à lire.

Code et méta-langage du SMS.

L’aspect rudimentaire et concis du contenu des messages (limités à 160 caractères) est largement dû  au support media du SMS. En ce sens , le SMS est un formidable cas d’ école de l’impact technologique sur le mode de pensée de l’être humain.

Efficacité du code :

Dans l’écriture du SMS, il faut être efficace. Chaque lettre est importante, car en peu de mots, il faut écrire le message. Toute lettre inutile, ou tout mot ( comme les articles ou la conjugaison ) est donc purement rayée du texte.

Cette forme a également recours largement aux abréviations. L’apparition du phonème ( « oqp » pour «  occupé  ) réduit encore le code du message.

Le résultat est une perte de lisibilité du message. Il faut le lire à haute voix pour le comprendre ; le message doit être décodé par le destinataire ( comme les signes court et long du code télégraphique ). Sur ces messages courts, ce n’est pas très important. Il le serait s’il fallait lire un texte de plusieurs pages écrits en langage « sms ».

L’écriture « conventionnelle » grammatique permet une meilleure lecture du texte puisque le cerveau « imprime » les mots tout entier. Par leur graphie, ces mots deviennent des éléments identifiés ( et décodés ) immédiatement par le cerveau. Ils permettent de lire des romans entiers rapidement, sans mal de crâne à décoder chaque phrase ! Le langage classique est plus redondant, c’est-à-dire que la majorité des lettres est inutile. Après les lettres j,o,i , il y a peu de chances qu’on y trouve la lettre t,y ou w ; la probabilité d’y trouver un « e » ( joie ) frôle les 100%. On estime que la moitié de la langue anglaise est redondante. Le langage du SMS a bien intégré cette particularité. Lettre inutile est détruite !

La redondance permet cependant d’éviter l’incompréhension, ou une information mal codée. ( on se trompe sur une touche du clavier. Le mot « oqp » ( occupé ) devient « oqe » ( ok ! ) par une seule lettre. Et le message « j sui oqp » ou « j sui oqe » n’a pas le même sens. La redondance permet de palier ce qu’on appelle le « bruit », chère aux sciences de l’information [ Voir Contributions à la théorie mathématique de la communication, Shannon].

La forme du SMS a donc un code efficace, mais sujet à distorsion du sens.

On remarquera que c’est le media, par ses caractéristiques techniques, qui impose ce code, et cette nouvelle écriture. Les critiques de ce langage ( propre aux fautes d’orthographe ) pensent que cette nouvelle forme d’écriture supplente l’écriture usuelle, ce qui est une erreur. Le jeune ne parle pas « sms » ou n’écrit pas une dissertation entière en SMS. D’une part la profondeur lexicale est limitée à l’objet qu’on fait du SMS : les termes « ambolie », « inspection » ou « réutilisable » ont peu d’entrée dans la littérature « sms ». D’autre part, le jeune adapte son langage en fonction du niveau de communication. ( sms pour des textos à ses « potes », et écriture littéraire pour une dissertation ).

Enfin, la forme typographiée du SMS n’est pas nouvelle, elle existait déjà dans les annonces dans les journaux, où l’on réduit le texte par des abréviations, afin d’en limiter son coût.

On remarquera enfin le paradoxe d’un monde offrant autant de possibilité de s’exprimer  ( richesse de la langue ) que de revenir à un code qui peut paraître si archaïque.

Formes de méta-communication : le smiley ( ou émoticon ).

Au-delà d’une nouvelle forme de langage syntaxique, le SMS a créé un métalangage et de nouveaux messages méta-communicatifs. Il s’agit des émoticons ou smileys. Ils permettent par une unité de code d’ajouter une humeur au message.

Son utilisation ne se borne pas à indiquer son humeur (  je vais bien 🙂 ), mais elle fournit de vrais messages, en commentant littéralement le message qui lui est associé.

Exemple : Paul envoie à Jeanne le texto « tu es fatiguante 🙂 ». Le message « tu es fatiguante  » est un reproche net et précis ( là encore la forme du sms ne permet pas les nuances ). Cependant, le smiley indique à Jeanne qu’il ne faut pas comprendre l’information telle quelle, mais dans son contraire. « tu es fatigante mais je plaisante en te l’écrivant, tu es plutôt adorable ». Hormis son efficacité d’encodage ( une seule lettre pour de l’émotion ..), le smiley enrichit le message d’un sens, au-delà du texte. Ironie, humour, etc..

Le smiley illustre un cas de niveau de communication, telle que l’aborde Bateson, par les messages « ceci est une jeu », ou « messages cadre ».