Archives du mot-clé école

Thèse ou anti-thèse ? l’école d’aujourd’hui et internet !

Lire la suite

La story line, ou comment communiquer aujourd’hui

Communiquer aujourd’hui, et échanger, ce n’est pas parler de manière raisonnée.

Ni dans l’entreprise, ni dans la sphère privée.

On ne communique pas avec un théorème, une dissertation, mais plutôt avec le coeur, les aléas.

Rien n’est tracé.

Dans le monde de l’éducation, des sciences, c’est l’opposé. Thèse, anti thèse, synthèse.

Pourquoi ? Aujourd’hui, vous le verrez tout a changé. Facebook et Twitter proposent la « timelime », ou notre histoire…

Est ce une nouvelle mutation de nos modes de vie et de raison ? Non. Explication.

Lire la suite

Heuristique d’internet

L’école apprend dans sa tradition rationnaliste le concept « thèse – antithèse – synthèse ».

Thème cher à Régis Debray, dans la transmission de la pensée ; aujourd’hui pervertie par le « tout tout de suite » et « sans recul ».

Aujourd’hui, penser et communiquer, c’est vivre en société, et vivre, c’est « communiquer efficacement ». [ voir Une logique de la communication ]

Aussi, la communication nouvelle par les médias, et essentiellement Internet nous apprend une nouvelle forme de rationnalité dans la pensée. C’est le « billet » ou les quelques mots qui titillent l’esprit, et qui permettent de capter l’intérêt. Rien de nouveau.

Les « billets » existent depuis longtemps dans les journaux, synonymes de notes d’humeur. Sujet léger qui capte l’attention du lecteur, mais avec une pointe d’humour, et de pertinence.

Les blogs relèvent de cette appropriation intellectuelle et jouissive : provocatrice, humeur. Ces formes d’information sont pertinentes quand elles renvoient ensuite à un sujet de fond.

Le billet ou le blog permet de papillonner.

Et plus généralement sur internet, par les liens hyper texte. En sautant de site en site. L’intérêt est de pouvoir « surfer » ou « picorer », moins limité qu’un raisonnement à suivre de bout en bout, où le lecteur est contraint par l’auteur.

Bien sûr, on se méfiera des catalogues d’idées… ( ex. rapports sur quelques recherches internet « reader digest » ou compilation ou copie de pages d’information ). la synthèse est toujours nécessaire.

La nouvelle composition éducative pourrait passer par un  » billet-lis-moi-c’est-intéressant / picore-mes-réflexions / synthèse-de-ma-réflexion ».

Sujet pour notre nouvelle génération Y !