L’hygiaphone, cet objet oublié du XXème siècle revisité !

En ces temps de distanciation sociale, lors de la pandémie du coronavirus, l’hygiaphone est redevenu un objet retrouvé. Cet objet de verre qui pourtant coupe le rapport dans l’espace à l’autre retrouve une seconde jeunesse.

Temps de lecture : 10′

En mars 2020, au moment où le coronavirus sévit dans le monde, un petit objet fait de verre reprend vie. L’hygiaphone. Il s’agit d’une paroi de verre mise dans les entreprises et organisations publiques entre l’usager et l’employé.

De manière à le protéger.

Historiquement, l’hygiaphone est développé pour les mêmes raisons de protection face à une pandémie.

En 1945, une épidémie de grippe fait des milliers de victimes en France, et une grande partie des employés de la SNCF est contaminée. L’absentéisme augmente. C’est ainsi que se développe l’hygiaphone, afin de protéger les employés.

Aujourd’hui, la protection des employés se construit essentiellement sur une paroi de plexiglass, de plastique, dans les supermarchés, pharmacies. L’hygiaphone, lui, était au XXème siècle plus robuste : fait de verre, et composé d’un système de membrane qui permet d’amplifier les voix des usagers et employés.

Pourquoi l’hygiaphone avait il disparu ?

Si l’hygiaphone a disparu, c’est pour 3 raisons.

  • De meilleures conditions sanitaires ont été meilleures.

La grippe qui avait décimé les employés de la SNCF n’est plus devenu un danger. Et l’aspect sanitaire a peu à peu disparu des préoccupations.

  •  La sécurité devenue moins nécessaire.

L’hygiaphone, au-delà de la protection contre la maladie s’est développée pour sécuriser les lieux où de l’argent circulait.

D’ailleurs , le système d’hygiaphone ( qui est breveté ) a été racheté en 2018 par un entreprise de sécurité, Fichet Group, spécialiste dans le domaine des coffres fors, portes blindées et sécurité électronique.

Dans les bureaux de poste, les banques, l’hygiaphone sécurisé et blindé permettait d’éviter les braquages.

Aujourd’hui, l’argent n’est plus distribué dans les guichets directement par l’employé.

Aussi, l’usage de l’hygiaphone s’est éteint.

  • L’hygiaphone, l’anti-communication.

Si l’hygiaphone s’est peu à peu éteint, c’est que l’objet est une absurdité et un paradoxe sur la communication entre deux individus.

C’est l’objet qui sépare deux individus, dans un endroit, où justement on essaye de faire communiquer les individus.

La vitre blindée coupe toute communication. Et souvent, par dépit, l’usager se baisse pour pouvoir se faire entendre de l’employé. Avec des scènes cocasses.

Dans la communication, on distingue deux rapports à l’espace dans la communication.

  • Un endroit sociopète : un espace ouvert où chacun circule et favorise l’échange, la communication. ( par exemple : l’espace café dans une entreprise ).
  • Un endroit sociofuge : un espace fermé qui permet l’intimité, la discrétion. ( par exemple : un bureau fermé pour pouvoir échanger sur des sujets confidentiels ).

L’hygiaphone est aberrant car il ne permet ni l’un, ni l’autre. Il est un système de communication paradoxal.

L’hygiaphone et l’espace de communication.

La proxémie est le rapport de l’individu dans l’espace et la communication.

La communication relève beaucoup de processus inconscients, et notamment, elle s’inscrit dans un espace. On ne communique pas, par exemple, de la même façon en public, ou en intimité, ou avec des amis. Même si on veut communiquer et dire la même chose.

Concernant l’hygiaphone, dans l’espace entre l’employé et l’usager, la communication n’a plus lieu dans le même espace. Même si la distance de proximité est là, la présence d’une barrière physique entre les deux sépare l’espace.

Aussi, la communication s’en trouve pertubée, « bruitée » ( au sens de shannon : le verre empêche d’être compris ).

Les scènes sont souvent cocasses, dans l’incompréhension. Il faut répéter, demander si on est bien compris ( ici, la fonction phatique du langage : m’entendez vous  ? ).

Le mot « hygiaphone » est d’ailleurs révélateur de cette distanciation sociale : Hygiène et « Phone » ; le téléphone.

Il met en évidence que le rapport de communication se fait comme avec le téléphone : on communique à distance. Même si on est très proche.

L’hygiaphone a disparu progressivement dans les entreprises et organisation pour retrouver le lien direct et de contact avec l’usager.

Les tendances dans le monde de l’entreprise est bien de rapprocher le consommateur de l’employé. Aussi, les espaces se sont ouverts, de plus en plus.

On remarquera par exemple la tendance des banques qui ont retiré dans leurs agences bancaires les bureaux. Et laisser plutôt la libre circulation du client, le laissant même autonome ; en utilisant des tablettes mises à disposition.

L’ouverture des espaces est devenue la tendance des dernières décennies. L’open space en est un autre exemple.

En ce sens, l’hygiaphone n’a plus d’intérêt.

Médiologie de l’hygiaphone et du plexigass, en ces temps de coronavirus.

Le coronavirus a complètement bouleversé le rapport à l’espace.

Dans les supermarchés, les pharmacies, boulangeries, bouchers, une barrière de plastique est revenue briser cette ouverture de l’espace.

Et la proximité reléguée, pour protéger.

L’hygiaphone est redevenu un objet prisé :  en mars 2020, les commandes ont bondi de 40 % ( le succès de l’hygiaphone ) .

Pourtant, dans les entreprises, c’est l’usage du simple plexiglass qui est mis en place.

Pour des raisons légitimes de coût, de mise en place technique sur un simple comptoir d’un commerçant, et la rapidité à pouvoir le mettre en place.

La médiologie qui s’intéresse aux impacts de la technique sur l’humain, ses modes de vie et fonctionnement donne un éclairage ici :

A la différence de l’hygiaphone blindé en verre, la fine couche de barrière de plexiglass permet de conserver la conversation entre l’employé et le client.

La technique est devenue moins intrusive, et permet de conserver les échanges communicationnels.

Je me souviens petit, à la poste, de voir cette vitre qui empêchait de se comprendre, en être humain. J’étais peureux, car pour se faire comprendre, il fallait parler bien fort devant l’hygiaphone. Me mettant à nu devant les autres usagers derrière moi.

L’usage d’un objet technique change la relation, la communication. Vive le plexiglass.  

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.