Vivre en Open Space à l’heure de l’agilité en entreprise !

Défis de la génération Y

Vivre en open space

Les open spaces sont apparus à la fin des années 1980.

D’abord, pour optimiser l’espace dans les entreprises.

Et également pour favoriser la collaboration en équipe.

Quel retour d’expérience aujourd’hui ?

Temps de lecture : 5 minutes. Vous ne le regretterez pas.

L’open Space est il fini ?

Des récentes études ont montré les limites de ses effets bénéfiques :

Une  étude sérieuse de l’université Harvard montre que le passage à l’open space diminue de 70% les intéractions en face à face !

De même, les nouveaux jeunes qui sortent des grandes écoles sont peut friands des « open-space » ( bureau fermé ). Et des « flex-office »  ( c’est à dire des espaces de travail sans bureau attitré.

L’Essec Business School a ainsi mené une enquête, en 2018.

Et grande surprise : Près du tiers des étudiants plébiscitent le bon vieux bureau fermé.

83 % insistent sur sur l’importance d’avoir un bureau attitré.

Le résultat de l’étude révèle que les nouveaux futurs salariés cherchent des repères clairs. Que ce soit l’aménagement des espaces, ou de l’encadrement.  ( A lire ici : Surprise, les jeunes rêvent de bureaux fermés et de vrais chefs )

L’open space est-il  bon pour travailler ?

En soi l’open Space n’est ni bon, ni mauvais.

C’est comme la technique. On ne dit pas qu’internet est mauvais, comme Jacques Séguéla.

« Le Net est la plus grande saloperie qu’aient jamais inventée les hommes ! »

Ou merveilleux.

C’est la façon dont on l’utilise.

L’open space est juste un grand bureau. Il n’organise pas. Il demande juste à être investi.

A nous de faire de l’endroit celui qu’on souhaite !

 

L’open Space et l’agilité !

L’open Space est un espace sociopète.

C’est à dire qu’il permet l’ouverture sur le monde, à la différence d’un espace sociofuge ( qui permet de trouver l’intimité,le « refuge »).

C’est pour l’agilité, un espace idéal !

 

L’agilité véhicule l’idée d’interactions humaines plutôt que des process.

Plutôt que d’envoyer un mail, je peux tout simplement échanger. Et mieux qu’un mail uni directionnel, l’échange, c’est changer. En discutant face to face, on peut aisément changer son point de vue. L’intelligence collective à deux !

Ensuite, le concept de la pizza team est là : travailler en équipe dédiée sur un produit, et travailler physiquement ensemble.

 

Les 3 bonnes pratiques de la vie en Open Space !

  • •1. Maximiser les échanges.

Se bouchonner les oreilles permet la concentration. Et nécessaire quand il y a du bruit autour.

Malheureusement, se bouchonner les oreilles c’est se déconnecter des autres.  Toute communication est rompue avec les autres.

Or « on ne peut pas ne pas communiquer » ( c’est un fameux axiome de la communication, selon Watzlawick ).

Celui qui ne communique pas … communique quand même. Et il communique aux autres : « laissez moi tranquille ». Même si cela n’est pas sa volonté.

On s’efforcera de sortir de sa « bulle ».

 

  • •2. Respecter une ambiance sonore de qualité.

Dans un open Space où il n’y a qu’une seule pizza team, c’est l’idéal pour travailler.

Car le rythme de vie de l’espace suit celui de l’équipe toute entière.

– Dans ses rituels ( les daily meetings par exemple ).

– Dans les victoires de l’équipe : l’explosion de joie quand l’équipe a terminé brillamment une story ! On peut même se mettre à danser, chanter, slammer. Car on peut exprimer sa joie, ses émotions. C’est légitime : nous sommes des êtres humains.

Dans les open Space où on a plusieurs équipes, c’est comme dans un quartier d’habitants  :

On a des voisins, et on doit veiller à la tranquillité des autres équipes. Mon voisin travaille peut être de nuit. Ou mes voisins sont peut être focalisés sur un problème à régler. Une fuite sur leur Rancher a l’étage

Cela ne veut pas dire qu’on ne peut partager pas ses émotions. Comme quand on fait une fête à la maison, on se fixe des règles ! Ce n’est pas toute la nuit. On est vigilant à ne pas mettre la musique à fond.

On veille avec bienveillance à l’esprit de la maison !

 

  • •3. Une vie ensemble !

L’open space, pour reprendre l’image de la maison, doit rassembler des individus qui vivent ensemble au quotidien.

Trouver une vie commune, même quand les équipes n’ont pas le même objectif dans leur travail, est de vivre dans le même orchestre.

Jouer de la même partition !

J’aime l’image de l’orchestre de musique : il peut y avoir une grosse caisse, un pipeau, un violon.

Chacun a ses caractéristiques, ses différences.

Mais plutôt qu’un vacarme assourdissant, l’orchestre joue la plus belle musique. Chacun s’écoute. Chacun donne à l’autre. Chacun est solidaire.

A vos violons !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.