J’ai testé le challenge 21 jours sans se plaindre !

J’ai testé le challenge de 21 jours sans se plaindre.

Comme 11 millions de personnes dans le monde. Je ne suis qu’un petit maillon dans cette initiative,

Mais je souhaitais vous partager humblement mon retour d’expérience .

Quel objectif de ce challenge ?

D’abord en terme de relations humaines :Mieux travailler ensemble.

Ensuite se sentir mieux. Juste pour soi.

Et prendre du plaisir. Les générations y, millenium sont dans ce mouvement.

Enfin, l’entreprise dans laquelle on travaille doit fédérer des talents, des gens qui ont une posture de collaboration.

J’ai donc testé au boulot et dans la vie personnelle ce beau challenge.

 

Rappel du protocole :

  • Mettre un bracelet à un poignet.
  • En se surprenant à se plaindre, on change le bracelet de bras.
  • Le challenge est bien de garder le bracelet au même bras. Après 21 jours.
  • Le livre « 21 jours sans se plaindre » donne les techniques à adopter. A lire ici quelques techniques.

Pourquoi 21 jours ?

C’est le seuil qui permet de trouver une habitude. Car c’est l’habitude qui permet d’écrire définitivement notre façon de se comporter.

 

Alors, challenge réussi ?

Suspens.

Mon bracelet s’est littéralement inscrit sur ma peau.

Mon retour d’expérience est que c’est d’abord une expérience personnelle en introspection.

Cela demande de l’effort et il ne faut pas se laisser parasiter. Sinon l’exercice devient un peu abstrait, et dénature l’objectif premier.

J’ai changé une seule fois mon bracelet.

Quand on n’a pas le recul de l’autre, difficile de dire si on s’est plaint ou pas.

Le bracelet autour du poignet en ce sens est salvateur.

Je l’ai souvent touché pour me motiver, m’éviter de déraper.

Et en touchant le bracelet, cet objet m’a donné la limite, la ligne rouge à ne pas dépasser.

Alors j’ai franchi une fois cette limite. Et j’ai décidé de changer le bracelet de poignet.

Pas de manière très grave , mais quitte à faire le challenge, autant viser haut !

Sans heurt sans éclat de voix 😀.

J’en étais même content et fier, de reprendre cette maîtrise de mes émotions.

Une histoire bien personnelle.

Ce challenge était à la base une histoire pour moi même.

La plus grande victoire pour moi c’est d’avoir réussi à juguler mes frustrations certes anecdotiques, car j’ai la chance d’avoir de superbes collègues.

Cela me fait encore réfléchir car pour moi ne pas se plaindre de ce qui ne convient pas dans mon travail ne veut pas dire de se taire.

Il y a une vraie difficulté de parler de son inner-Life avec ses collègues. C’est de l’écoute active de l’autre.

L’essentiel est de partager.

Alors la méthode des 21 jours sans se plaindre est géniale :

  • Elle donne un cadre.
  • Elle n’est pas une injonction de sa boîte .
  • Elle vient de soi.
  • Elle ne peut qu’apporter du positif.

Le plus cadeau de cette aventure, c’est qu’elle embarque l’entourage.

D’abord partager : ce challenge interpelle.

Bonne nouvelle ! Les gens sont curieux dès qu’on parle d’humanité, et autre chose que les dossiers, les projets à finir.

L’occasion de parler des difficultés et de trouver des belles personnes qui vous motivent.

J’ai donc pu partager cet exercice personnel avec quelques collègues. Et de grands sourires bienveillants quand je me reprenais… au bord de craquer 🙂 !

De ce challenge un peu surréaliste ( alors qu’il devrait être naturel ), j’ai adoré les échanges avec les collègues.

Ensuite, expliquer.

Expliquer les quelques techniques simples qui permettent de ne pas se plaindre.

Exemple : ne pas se plaindre de ses collègues.

Si je parle d’un collègue à l’autre, j’en parle comme si il était présent. Cela change beaucoup la donne.😀. Cela permet de parler plus factuellement.

Mon bracelet me permet aussi de me pousser à aller parler directement plutôt que de parler à un intermédiaire. Qui certes pourra au mieux donner des conseils, au pire renchérir sur les frustrations.

Se renfrogner ?

Proposer et discuter positivement de ce qu’on aimerait changer dans les relations de travail avec l’autre.

D’une posture ça ne me plaît pas à : « comment réussir la prochaine fois ? « , c’est bien l’objectif de ce challenge.

Eviter les plaintes des autres.

Je n’ai pas encore eu l’expérience de répondre à des plaintes.

C’est un vrai exercice. Par exemple, un collègue vient se plaindre de ses collègues d’une filiale étrangère, avec qui il travaille. Il déverse finalement sa frustration, même si à la base il venait parler du contexte difficile avec ces relations.

Aussi je n’ai pas répondu pour renchérir. Mais dit plutôt : ok, je les contacte pour résoudre un des points.

La capillarité.

J’ai affiché en A3 derrière mon bureau cette affiche.

Laisser une trace, interpeller .

Je n’ai en aucun cas demandé à me suivre dans cette expérience.

Cette semaine , ma collègue ose un « merde ! ». Et mon collègue de répondre : ici, pas de plainte. En faisant référence à cette petite affiche que j’avais accroché naïvement.

J’ai senti que j’avais réussi ce petit acte de capillarité.

La botte secrète.

Partager ce challenge permet d’avoir des bons feed-back.

Des amis qui vous motivent.

Mon pouvoir invisible.

Tout le monde ne s’intéresse pas à moi. Et on côtoie des gens sans parler de soi.

Aussi ce petit challenge est largement resté invisible, à quelques exceptions près.

Et derrière une discussion avec les collègues, le bracelet chaud de bois me tenait en garde. Et de conscientiser le bien être de rester dans la bonne posture.

Ne pas lâcher.

J’ai pris du recul même en observant les collègues.

Et quand je marquais des points de non intrusion négative, Je me sentais bien.

Une façon d’avoir gagné une partie de tennis en 1 set. Gagné !

Ces moments m’ont encouragé à poursuivre. … vous imaginez !

Il y a une certaine jouissance à prendre le pouvoir bénéfique des choses. Et sortir d’une réunion où l’atmosphère s’est détendue.

 

Un monde de bisounours ?

La réalité quotidienne nous rattrape souvent. Alors on pourrait rétorquer : oui , ok. Mais c’est plus compliqué que cela. Et les difficultés au quotidien, il faut les gérer !

Oui cela demande de l’effort.

Mais autant d’énergie que celle qu’on dépense à s’épuiser, à se plaindre.

Alors, finalement, rester dans cette posture de revenir sur des sujets factuels est moins dévorante d’énergie.

Il n’y a jamais mort d’homme. C’est juste un problème d’organisation, d’incompréhensions au sein de nos entreprises.

Bien sûr, cela ne veut pas dire d’occulter les problèmes.

Voir la culture du silence en entreprise qui a ravagé de grandes boites comme la plus grande banque américaines aux États Unis lors de la crise des subprimes.

L’idée est de prendre les problèmes avec ce recul légitime. Et parler vrai. Directement aux personnes concernées.

Plutôt que de garder pour soi ou parler de ses plaintes à son collègue.

Dans une salle de spectacle, les premiers spectateurs applaudissent. Ils sont suivis par tout le reste. Le premier qui se lève dans une salle est suivi par un deuxième, un troisième. Et toute la salle. Ces ondes positives et de capillarité.

A vous de vous lancer !

Publicités

9 réflexions au sujet de « J’ai testé le challenge 21 jours sans se plaindre ! »

    1. zeboute Auteur de l’article

      Il ne faut pas tenter ni essayer. Il faut juste le faire ! Ça ne fait pas mal. 😀. Et cela ne donne que du positif dans la communication avec les autres.

      Répondre
  1. Ping : ARRETER DE SE PLAINDRE : C’EST POSSIBLE! – letourbillondumonde

  2. Ping : Les billets essentiels pour ne pas bronzer idiot cet été ! | Zeboute' Blog

  3. Ping : Le permis à point de se plaindre ! | Zeboute' Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.