Janvier ? Remember : Je suis toujours charlie

Janvier, depuis 4 ans, on se souviendra de Charlie.

Et Je suis toujours Charlie.

Et .. l’intelligence de la dérision du journal, symbole de la liberté de la démocratie et de la liberté d’information a besoin de rebondir !

En janvier 2015, un effet bizarre. Explosif. Et incompréhensible : le journalisme a été meurtri dans un attentat. D’un journal le plus subversif, empreint de liberté démocratique.

Un mouvement national a suivi ce moment dramatique. Avec une formule : « je suis Charlie ».

Je n’oublie pas surtout Mister Cabu, qui enchantait avec ses dessins mon enfance, dans le club Dorothée.

Une empathie, une dérision, un sourire qu’on n’oublie pas !

Et le temps passe. Et il faut aujourd’hui se souvenir.

Alors hommage aux journalistes et bloggeurs !

Tout d’abord, je blogue toutes les semaines.

Mes sujets ne tournent pas autour de sujets polémiques.

La semaine passée, j’ai publié sur mon blog et Twitter un article sur daphne, blogueuse assassinée parce qu’elle luttait contre la corruption de son pays. A Malte,

J’étais présent dans ce pays et j’ai vu au détour d’une rue, devant le palais de justice, quelques bougies en sa mémoire.

Daphne a mis en cause la femme du premier ministre de Malte.

Le lendemain de mon article, le mémorial a été détruit.

Je n’espère pas de causalité.

Mais dans la nuit, j’ai fait un cauchemar : j’aurais par mon billet me faire arrêter à l’aéroport en partant.

Certes, Malte est un pays démocratique mais cette expérience m’a permis de sentir ce qui se passe pour tous ceux qui prennent des risques en tentant de rester indépendant. Et de diffuser la vérité.

Je les chéris, ces journalistes !

Daphne est donc morte, blogueuse ; assassinée non par des terroristes mais par la mafia maltaise.

Pour avoir dénoncer la corruption à Malte.

Et en France, depuis l’attentat de Charlie ?

La liberté d’expression est bafouée.

A l’heure où les français sur les réseaux sociaux insultent, violentent les journalistes.

Sur mon fil Twitter, même Mélenchon, qui s’est renvendiqué en victime « je suis la République » dénonce les médias comme désinformateur. Victimisation comme l’extrémisme de droite.

A l’heure où sur les réseaux sociaux on parle de dictature en France. J’imagine ces pauvres gens en Corée du Nord, Chine où Russie où la parole est complément interdite. Ils finiraient au goulag ou en prison, sans pouvoir se plaindre et provoquer notre pays démocratique.

A l’heure où les représentants de la république dénigrent et soutiennent le complot face aux combats des journalistes :

Melanchon ( la république c’est moi ) se permet de dénigrer en permanence le journalisme pose question.

Car les journalistes ont cette exigence : être factuel. Et ne pas subir les pressions.

Le monde, Le Figaro ; beaucoup de médias font plus que leur boulot :

Ils regardent les réseaux sociaux et décortiquent les mensonges, les contre vérités, les fake news.

Et en ce mois de janvier, je pense encore à Cabu. Celui qui dessinait avec discrétion le monde d’aujourd’hui.

A ne pas oublier.

Je suis Charlie. Et Charlie a de plus en plus besoin de nous !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.