Decryptage de l’information ! Octobre

L’actualité, les bad buzz ou les fakes news ne doivent pas vous toucher.

Ici, une fois par mois, prendre le recul, c’est respirer.

Et observer notre monde avec bienveillance sur les sciences de l’information et de l’information.

Alors prêt à picorer ?

A lire ici !

Communication humaine.

« oui, mais ! »

Cette petite phrase vous l’avez en permanence dans la bouche : « oui, mais ».

La petit particule « mais »  d’origine latine signifie  » plutôt » .

Aujourd’hui elle a plutôt valeur d’opposition.

Alors, dans nos relations où l’on veut trouver un consensus, ce mot doit être un peu éviter.

La technique est expliquée ici : Le Oui Mais

Economie collaborative.

La force du collaboratif est en vous, en nous !

Aujourd’hui, nous sommes mesurés, surveillés….

Changez et soyez acteur ! selon Yuka.

Nous sommes tous mesurés et surveillés ?

Reprenez la main !

D’une démarche citoyenne et humaine, comment reprendre le là sur ces mesures ad-hoc ?

Choisir avant de surveiller notre prise de poids par une balance connectée.

Alors je vous propose l’usage ludique.

Plus petit je jouais à la caissière.

Aujourd’hui, on chasse les Pokémons avec son smartphone ( Pokémon existe il encore ? ).

Quoi de plus ludique que de scanner tous les produits dans sa cuisine et voir ce que se cache derrière les produits sains, ou malsains de l’industrie agro-alimentaire.

Bonne nouvelle , le citoyen peut aussi mesurer.

Lui mesuré peut mesurer et agir en fonction de ses convictions.

Avec délectation.

C’est l’objet de l’application Yuka qui peut mesurer la conformité des produits que vous achetez sur les critères de santé.

Utilisant l’open data pour répertorier quelque 360 000 produits d’usage courant , vous pouvez mesurer la teneur en protéine, sucres, sels.. et les

L’application utilisée par des millions de français fait trembler ( avec bonheur citoyen ) les marques. Et faire bouger les choses. Une bonne économie circulaire !

Yuka fait trembler les marques

Mediologie.

L’usage, la recherche , l’esprit humain se rencontrent dans la réalité de l’expérience.

Et par hasard, de nouvelles découvertes prennent jour.

Les prix Nobel permettent de mettre en visibilité des avancées significatives du bien de l’humanité pour le commun des mortels.

Les prix Nobel de la paix sont aisément compréhensibles.

Dans le domaine de la physique ou de l’économie, la vulgarisation est plus difficile.

La communication par les médias doit se faire par une pédagogie mesurée sans dénaturer le sujet.

Le story telling est une méthode efficace pour mettre l’usage du citoyen lambda dans la compréhension des avancées de recherche.

Le prix Nobel de physique de 2018 est un clin d’œil.

Et cette année, le prix nobel décernée à un français sur les avancées sur le laser est intéressant.

Sérendipité : le prix nobel est décerné sur les recherches sur le laser. Dont les résultats sont déjà visibles : puisque aujourd’hui, on peut être guéri des maladies des yeux.

L’originalité est que derrière cette belle histoire du prix nobel, c’est un stagiaire qui par erreur en manipulant le laser a mis en évidence une technique : il n’y avait pas de lesion autour de l’intervention.

Le bug salvateur, l’invention du micro onde sont nées de ces erreurs maladroites.

On lira l’article sur ces prix nobels francais : prix nobel 2018

Protection des données personnelles.

Facebook, le géant américain du réseau social n’en finit pas de se vautrer dans sa stratégie de capter toutes vos données, sans pouvoir les protéger.

L’autorité européenne concernée ( l’Irlande du nord ) prend le sujet avec la nouvelle réglementation européenne sur la protection des données personnelles ( gdpr ).

Plusieurs millions de citoyens ont été concernés par un data breach ( vol de données ). Avec une belle amende potentielle.

Dans le domaine des Gafas, Apple veut se démarquer de Google et Facebook. Tim Cook dans une tribune réaffirme la position d’Apple de protéger les données de ses clients.

Et de louer le texte européen comme un modèle. A lire ici : un GPDPR selon Tim Cook

A suivre.

L’horizontalité de notre monde de communication.

La société de communication est devenue horizontale.

C’est à dire qu’il n’y a plus de hiérarchie ou d’institutions. Le politique, le maître d’école, le curé du village ou le banquier ont perdu leur stature de référent.

D’un point de vue positif, la libération et la démocratie permet par exemple aux homosexuels ou aux femmes de revendiquer des droits que l’église a fait étouffé depuis des siècles.

Dans l’éducation, le diplôme ne doit plus être le graal pour les diplômes et ne pas laisser les autres sur le banc.

A l’inverse, les phénomènes de violence à l’école où le professeur n’a plus de légitimité pose question.

De même, les injonctions populistes de Melanchon qui mettent au même niveau politique, justice et médias en les dénonçant renforcent cette idée de l’institution comme castatrice. Un peu paradoxal pour un homme politique qui se vante d’être de la république.

Cette fameuse république qui doit rassembler les hommes plutôt que de diviser. Rassembler.

La société de consommation suite ainsi ces principes, avec bonheur et malheur : les 5 piliers de la société de communication

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.