Nous sommes tous dans une boîte !

On vit tous dans une boite.
C’est la formule juste de Pierre Rabhi.
La boîte est une structure de carton , de fer qui nous contraint.
La boîte, comme la voiture.
La boîte, boite de nuit où on doit normalement s’amuser.
La boîte, son boulot : j’aime ma boite ou je n’aime pas ma boite. Je travaille dans cette boite…
La boîte comme ce cercueil de bois où l’on finit sa mort.
La structure structure…
la société structure…
Déjà les simples mots que vous écrivez ou prononcez structurent..
Ce sont des oppositions de sons, de syllabes, de mots qui structurent notre pensée.
Et surtout nous enferme dans un vase clos.

Pour la bonne cause, celle de pouvoir manipuler, maîtriser le monde.
À la métaphore de pierre Rabhi j’ajouterai qu’il y a des boites plus sympathiques que d’autres.

Sortir en boîte, s’amuser est plus sympa que d’aller travailler dans sa boite , son boulot.

Roland Barthes, ou la structure et le mythe.

Dans les années 1970 au XXeme siècle, un mouvement est né de ce concept de structure, porté à l’origine par la linguistique.
Ce qu’on a appelé le structuralisme
Roland Barthes par exemple réfléchit au mot.
Mais confronté aux nouveaux usages, à une nouvelle société de communication dans le milieu du XXeme siècle,
Roland Barthes réfléchit sur la structure dans tous les domaines : la publicité, la télévision, les affiches, les discours politiques , le sport comme le catch par exemple.
Il invente au delà de la structure des mots la notion de mythe.
Ensuite, parler de mot c’est parler de langue et de comprendre que cela fait partie du phénomène de la société . Être ensemble .
De là, la structure des mots devient structure de la relation sociale.

Avec une analyse dure de la société de l’époque : l’état et les institutions au sens large ont un côté coercitif.
Normatif. Codifié.
Nous ne sommes que des petits pions agrégés à cette structure.
L’état, l’armée, le monde universitaire normé, la structure familiale où la femme est soumise dans un monde codifié.
L’effet petit mouton en quelque sorte.
Le débat de l’époque est intéressant .
D’autant qu’il est encore d’actualité.
Nous même sommes intégrés dans des structures notamment numériques qui nous formatent :
Nous avons tous le même usage des smartphones , inscrits dans les mêmes réseaux sociaux que sont Facebook et Twitter.
Alors que le monde numérique permet l’exponentiel.
Et non cette structure qui nous structure et lisse notre vie quotidienne.

 

A lire : Petite histoire du structuralisme.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Billet, Condition humaine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s