Les réseaux sociaux sont-ils morts ?

twitter_facebookLes réseaux traditionnels que sont Facebook et Twitter sont-ils en train de mourir ?

La presse spécialisée a annoncé  le déclin de Facebook en 2017. Preuves scientifiques à l’appui.

Le même trajet que my Space qui avait été le site must to be in 2007 ? 

Des chercheurs de l’université de Princeton ont prédit le déclin de Facebook en 2017.

Se basant sur les mouvements des comportements viraux. Certes, l’article date de 2014. La tendance serait donc à une lente diminution dès l’année prochaine de l’emprise de ce géant.

Pourquoi Facebook n’est plus un réseau social ?

Petit exercice : regardez votre mur Facebook.

Et comptez les messages , les moments de vie de vos « amis ». Leurs propres photos.

Maintenant comptez les messages de blagues , de videos de buzz , les liens d’autres sites internet, les choses vues ailleurs sur le net.

Le résultat est là : on ne partage pas soi-même, mais ce qu’on a vu ailleurs sur le web.

Le mur Facebook est devenu une page d’actualité de News . Comme Twitter. Avec des actualités différentes certes des médias traditionnels que sont la télévision, la radio.

Le constat objectivement est bien celui-là : le partage avec les autres de ce que je suis se rétrécit.

Nous ne sommes plus ensemble pour partager , mais : regarde ce que j’ai vu sur la toile.

L’affolement chez Facebook et Twitter.

facebook_etude_profil_utilisateurDevenir un site de publication de News, cela n’intéresse pas Facebook qui préfère savoir qui on est pour le monétiser à ses partenaires commerciaux.

Et capter la data intime. Celle qu’on partage avec Facebook se réduit inéluctablement.

Twitter a déjà fait ce constat, celui de ne plus être vraiment un réseau social. Twitter a changé de stratégie.

Dans les applications à télécharger sur l’apple store, il est devenu une application de News , d’actualité.

Et non plus de réseau social.

La particularité de Twitter à la différence de Facebook est que Twitter est devenu un média à part entière.

Plus que du contenu, il est devenu un outil comme le téléphone.

Ce réseau social devrait tout bonnement devenir une institution à but non lucratif.

C’est ma conviction. D’autant que Twitter ne parvient toujours pas à maintenir son modèle économique. On lira le billet que j’ai écrit à ce sujet : Twitter doit-il être d’utilité publique ?

Facebook échoue à capter la vie intime de leurs abonnés . Seul 16% des utilisateurs de Facebook partagent des photos , des informations personnelles.

Le reste ? Ce sont des redirection sodés vers des sites, des bad ou good buzz vus sur internet. En somme : de la curation.

Comme le font d’autres sites comme scoop it.

C’est à dire partager des informations vues ailleurs.

Et cela Facebook en a horreur : ne surtout pas faire partir l’internaute ailleurs.

Surtout rester sur Facebook pour y lire les annonces commerciales, selon leur modèle économique.

L’usure ?

martine_facebookFacebook n’est pas le premier réseau social qui s’est heurté à cette lassitude de l’internaute.

L’intérêt initial de Facebook était de relier des connaissances qu’on ne voyait pas souvent ( de la famille éloignée , des amis d’antan ). Partager des moments virtuellement qu’on ne pouvait pas faire en proximité : Eloigné physiquement. Ou éloigné dans la relation car on peut apprécier des gens , vouloir avoir de leurs nouvelles sans forcément organiser des soirées avec.

Microsoft, yahoo ont déjà initié ces partages sociaux, jusqu’à que l’internaute zappe, passe à un autre réseau social. Pour recommencer une autre toile.

La pédagogie de l’e-reputation. Ou je ne partage plus ma vie intime.

Si Apple s’est récemment battu contre le gouvernement américain qui cherchait à cracker un téléphone portable d’un terroriste, c’est pour lancer un signal fort au monde entier : je respecte la vie privée.

Car fatalement les usagers du web sont aujourd’hui méfiants, quant à la diffusion d’information personnelle sur le web.

Facebook a joué avec le feu en laissant libre court la propagation des messages sur Facebook.

Certes, celui a permis de diffuser virilement son emprise. Mais arroseur arrosé , sur son propre réseau social : les bad buzz publiés sur Facebook on montré les dérives du réseau social.

La culture américaine étant différente aux États Unis qu’en Europe, plus libérale sur la vie vie privée ( « je n’ai rien à cacher car je suis un honnête citoyen » ), l’effet en Europe à été désastreux. Il a fallu des directives européennes pour juguler et donner de la pédagogie aux citoyens internautes . Facebook aurait dû comprendre de lui même que c’était nécessaire pour sa survie.

Car le résultat est là : les internautes se méfient. Et le mal est fait. Je ne partage plus sur internet ma vie privée .

Pour une fois, les technophobes ont eu un effet salvateur !

La stratégie de riposte de Facebook et Twitter.

Selfie-definition-traduction-analyse

  • Mettre en avant les photos personnelles :

Sur votre mur Facebook, les posts contenant des images prises par les internautes eux-même sont mis en valeur par Facebook.

Le réseau social dans son algorithme d’affichage y place en premier les photos personnelles. Les posts avec des liens d’url, de sites ou de videos picorés ailleurs sur internet passent en second plan. C’est un moyen pour Facebook de pousser à mettre du vrai contenu, personnel et intime.

( c’est d’ailleurs une méthode connue des community manager pour diffuser viralement un message : privilégier une photo qu’on télécharge sur le mur Facebook ).

  • La video en direct : capter votre réel.

Twitter avec son application Periscope, et Facebook ,qui permet de diffuser en direct des vidéos, se lancent dans la course sur le terrain de la video on-line :

la vidéo en direct permet de capter l’intimité des utilisateurs. Et de générer du trafic sur leurs sites. A la différence de la video qu’on a vu sur internet et qu’on partage, la video en direct est bien personnelle : c’est celle qui est prise depuis votre smartphone, là, maintenant. Chez vous. ( ou ailleurs ).

Les nouveaux usages numériques :

attente_cabine_telephonique_fin_usageL’internaute a savouré les nouveaux modèles de la société de communication :

La liberté : d’accéder à toute l’information, de pouvoir soi même produire ses contenus ( Instagram , blogs ), de partager ( sites de curation tel scoop it )

Et tout cela dans une totale désorganisation propre au web d’aujourd’hui qui est a-centré. Toujours en mouvement. La vague du surf ! ( je surfe sur internet ).

Les géants que sont le GAFA ( Google , Amazon , Facebook , Apple ) tentent d’unifier l’expérience de l’internaute autour de leur entreprise .

En proposant des services inédits mais redondants ( comme googlemap ou plan chez Google et Apple ), la stratégie des GAFA est de concentrer l’usage de l’internaute sur un seul point central , celui de leurs marques.

Et sur toute la chaîne de valeur numérique : depuis le support physique ( le telephone, la tablette ) jusqu’au service ( application , services ).

Le réseau social est donc « the place to be » car c’est l’endroit où on a envie de se retrouver .

Les géants du GAFA sont sans l’échec : il n’y a plus de « place to be » unique, mais des multitudes de points de repère.

Le bon coin par exemple est le site le plus visité en France. Il échappe à ces mastodontes parce qu’il est un usage différent et surtout localisé.

Le web a appris aux internautes de picoter et de zapper et il a été naïf de la part des géants du GAFA de penser qu’on restait fidèle et accro à une marque.

Sauf si celle ci monopolise tous les usages. C’est en tout cas le but de Google qui s’approprie toutes les strates de la vie numérique .

Peut être en se brûlant les doigts , comme Microsoft : les lois européennes et américaines sont obligées de laisser la libre concurrence et de juguler les monopoles.

Les pronostics ?

imageFacebook réunit trop largement des amis, des connaissances , des inconnus. Certes la catégorisation de ses relations est possible mais non utilisée dans l’usage.

Twitter lui ne réunit personne , mais tout le monde à la fois , par son fameux hashtag. Le mot qui permet de réunir instantanément une communauté autour de votre mot clé.

L’usage est de picorer en fonction de son usage : périscope , Facebook , Twitter. Et surtout le moteur de recherche Google qui permet une porte ouverte grandiose sur le Web.

Alors je vote pour Twitter , Google et oublions Facebook : c’est le réseau du web 2.0 .

Mais le web 4.0 arrive.

Il sera fait de Human to Human : plus individualiste certes et plus égoïste . Mais plus en adéquation avec le sens qu’on recherche.

D’ailleurs , avant , lorsqu’il n’y avait pas le Facebook , vous ne partagiez pas toujours votre vie avec tous les autres. Non. Un repas avec quelques amis, ses cousins . Une communauté atomique.

Pour partager au monde entier , d’autres usages, d’autre kifs !

A vous de choisir !

2 Commentaires

Classé dans Billet, Usage internet

2 réponses à “Les réseaux sociaux sont-ils morts ?

  1. l’analyse est plutôt cool, par contre, une relecture est nécessaire : il y a beaucoup de fautes (et pas uniquement de frappe) et il manque même des mots. exemple : « Le mot qui permet de réunir instantanément une communauté autour de votre »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s