Le sexe, moteur du web ?

internet_sexe_pouvoir_etude_sociologieEdgar Morin, dans la Méthode explique que l’enfantement, et la survie de l’espèce sont étroitement liés au plaisir que procure l’acte sexuel.
Si il n’y avait pas plaisir dans l’acte d’amour, peut être qu’aucune espèce ne survivrait.
La morale religieuse fustige le plaisir en tant que tel, et pourtant, c’est ce plaisir qui permet au foutre de nous faire exister, à travers l’espèce.
Aussi, le sexe est le moteur du monde. Mais c’est un sujet un peu tabou.
Mais ici, parlons de notre monde humain.
Alors web et sexe, les moteurs de notre vie quotidienne !
Et sur le web aussi.

Le sexe, moteur du web.

sexe_pouvoir_internet_etude_requeteA l’origine, le web , www ou World Wide Web est un formidable outil inventé pour que les scientifiques pour échanger des informations instantanément.
C’est Tim Bernes-Lee, un physicien britannique qui invente le web, en 1989, au CERN.
Souvent les innovations naissent de la science, ou de l’industrie militaire.
Elle est vite recyclée dans les usages quotidiens. ( comme le micro-onde, découvert par hasard par un chercheur qui a chauffé de l’alimentation par les ondes d’un radar ).
Et l’industrie du sexe est souvent innovante, c’est elle qui trouve les moyens de recycler une invention en usage largement diffusé.

La source de financement.

Parce que le sexe, finalement, n’ayons pas peur de le dire, réunit tout le monde.
Les sources de financement sont vite trouvées : l’industrie du sexe et de l’amour permet les investissements.

L’exemple de Xavier Niel :

minitel_rose_xavier_niel_free_site_internetXavier Niel, le directeur de l’un des plus grands opérateurs du téléphone fixe, internet et mobile en est l’exemple criant.
Si Free existe aujourd’hui, comme un leader en France de la téléphonie, c’est grâce au minitel rose.
Dès 1984, alors qu’il est encore lycéen, Xavier Niel crée les services de minitel rose : des sites de rencontre où l’on discute et tchate.
Le modèle économique du minitel français est rentable : on paye au temps qu’on passe sur le site de rencontre.
Les sites de minitel rose n’hésitent pas à recruter des hôtesses / hôtes pour discuter avec les usagers, afin qu’ils restent le plus longtemps connecté.
Avec cette manne financière importante, Xavier Niel a pu trouver les financements possibles pour rebondir dans l’industrie des télécoms que l’on connait aujourd’hui.

L’audience.

drague_site_rencontre_internet_reseau_socialPour les acteurs du marché numérique, l’audience est importante.
Surtout dans le nouveau modèle économique du web où la gratuité est de mise.
Le trafic sur internet est largement axé sur le sexe. Loin des requêtes de scientifiques, à l’origine du web.
Ainsi, dans l’étude Internet Review Filter ( 2006 ), le top Dix des requêtes sur les moteurs de recherche sont les suivants : sex, adult dating, adult DVD, porn, sex toys, teen sex, free sex, adult sex, group sex, free porn.

[ statistiques disponibles ici : statistiques pornographie, 2006  ]

Les usages, innovants et décomplexés.

  • la webcam.
    Puisqu’on ne peut se voir physiquement, la video, et surtout la webcam a offert de nouvelles possibilités virtuelles.
    Alimentant le fantasme. Aucune relation physique. Pour les intégristes de « ne pas consommer », le web permet de faire l’amour sans s’investir. Ce ne sont que des « bits » qui transitent sur le réseau chaud des ordinateurs…
    Finalement, il n’y a aucun acte physique. Juste des images, des mots.
  • l’instauration de la vie exhibée, et partagée.
    A l’heure où la vie privée numérique fait débat, les internautes épris de sexe se livrent au contraire au déballement de soi. Muni d’un pseudo anonyme et de profil et avatar que l’on choisit ( montrer son corps sexuel plutôt que son visage ) permet une liberté dans les usages numériques.
    On peut savoir qui nous regarde ( un comble dans la pratique de la liberté individuelle ), en ayant l’option (parfois payante) de voir qui s’intéresse à nous.
    Et l’intimité n’a plus lieu d’être.
    Le web 2.0 permet l’autonomie, et l’utilisation du web pour produire soi-même son contenu. Ainsi, poster des vidéos de ses étreintes amoureuses, blogguer sur sa vie sexuelle est à portée de tous. Plus besoin de l’industrie pornographique classique.
    happn_site_rencontre_sexe_analyseLe nouveau réseau social Happn ( retrouvez qui vous croisez )  va encore plus loin : ce site vous demande de vous suivre, où que vous soyez. Et des traces vituelles et physiques que vous laisser, cela permettra de peut être vous mettre en relation avec la personne que vous avez croisé dans la rue.
    Vous étiez à l’exposition du musée Le Louvre ? peut être qu’un inconnu vous a repérer. Et Happn vous permettra de le retrouver.
    C’est un peu la version virtuelle des annonces de Libération où l’on trouvait des inconnus « je t’ai croisé ligne RER 17h30, contacte moi ».
    Laisser ses empreintes physiques de là où l’on est passé, c’est l’enjeu des grands acteurs du web ( comme Google ).
    Autant ces sujets font débat sur la liberté individuelle, autant les internautes l’acceptent, quand il s’agit d’une sphère aussi intime que la rencontre amoureuse ou sexuelle. Et ces usages testés et éprouvés dans ce domaine permettent évidemment de rendre naturel des usages qui pourraient sembler intrusif.
  • Les nouveaux usages réels et virtuels.
    Toujours innovants, les réseaux sociaux autour de l’amour et du sexe ont devancé les nouvelles tendances du mix virtuel et réel.
    Trouver un partenaire près de chez soi, grâce à une application numérique est largement entrée dans les moeurs.
    La communauté homosexuelle a utilisé cet usage, salvateur, face aux menaces physiques qui pèsent sur eux , à l’extérieur.
    Etant une communauté rejetée, les lieux de rencontres physiques sont devenus de plus en plus difficiles. Et menaçants, par les actes homophobes dont ils sont souvent victimes. L’usage des réseaux sociaux rassemblant ceux qui recherchent le même désir, près de chez soi est donc devenu nécessaire.
    Ce sont les sites Grindr ou Hornet, dont la communauté hétérosexuelle s’est emparée l’usage, avec Tinder.

Faire l’amour avec les mots.

site_mot_amour_rencontre_analyseTwitter a imposé les messages à 140 caractères.
Et les usages des réseaux sociaux de l’amour et du sexe ont bien avant rétréci le champs linguistique des possibles.
Laissant peu de champs libre à la prose amoureuse faite de longs poèmes.
L’usage rétréci des mots dans le monde de la relation amoureuse est donc bien plus ancien.
D’abord, par les petites annonces dans les journaux physiques, de petites annonces.
Pour réduire le prix de l’annonce, les abbréviations étaient déjà largement utilisées : H pour Homme, F pour femme, etc…
L’arrivée du minitel a également accéléré la minimalisation des mots.
Pour aller plus vite ( on paye à la minute le temps qu’on passe à écrire ).
L’amour est magique, et exponentiel dans la variété des mots à dire.
Et pourtant, l’usage rapide, concis a réduit le champs du vocabulaire.
Comme sur Twitter, le minitel rose a inventé de nouveaux raccourcis linguistiques que tout le montre comprend : BM pour « bien monté »; ou ‘beau mâle ».
Josiane Jouet, dans ‘la communication au quotidien’, [ communication présentée au colloque Parole d’amour, éditions Syros/alternatives, Paris, 1991 ] écrit ainsi :

« Les messageries inaugurent bien de nouveaux codes amoureux, hors visuel et hors corps. Ces codes passent par l’écrit qui, largement délaissé, reprend sa place dans le dialogue amoureux. Mais il s’agit de formes d’écritures spécifiques car les messageries ont construit leur propre sous-langage qui comporte des abréviations ( BJR et BSA pour bonjour ou bonsoir ) et joue sur les symboles graphiques. L’écriture graphique (koa pour quoi par exemple ) vise à reproduire la sonorité du mot et réinsuffler le sens auditif dans la communication ».

Car effectivement, sur ces réseaux virtuels, les sens traditionnels de l’amour sont mis en suspens : le toucher, la vue, l’odorat.

La fragmentation de l’amour, vive le réel.

Longtemps l’industrie du sexe, pour des problématiques de production de masse et de rentabilité, a poussé un modèle du sexe « prêt à l’emploi ».
Les modes de diffusion étaient limités.

Les vidéos dans les vidéo-clubs ( qui ont largement profité de cette manne demandeuse , y compris les distributeurs anonymes de location de vidéos ). Le film du mois sur canal plus, qui diffusait un film pornographique.
Aujourd’hui, l’offre s’est démultiplié sur internet.

On a plus besoin des géants de l’industrie du sexe. Comme évoqué précédemment, chacun peut lui même trouver sur le web ce qu’il souhaite, et de nombreux amateurs ( cela fait partie de leur fantasme d’exhibition ) proposent des vidéos.
La vidéo pornographique a longtemps été décriée par les féministes parce qu’elle véhicule un modèle soumis de la femme.
Aujourd’hui, pourtant, tout est possible. Et tous les goûts sont dans la nature.
L’internet du sexe se retrouve ainsi confronté à une fragmentation des choix, des usages.
Et il n’y a plus de monopole de l’amour et des clichés de la beauté, du fantasme.
Le nombre de sites de rencontres est évalué à plus de 2000.
Médiatiquement, chacun retient Meetic, et E-darling, parce qu’ils ont besoin de la visibilité.
Mais les sites de rencontres se sont atomisés sur les pratiques, les choix de vie.
On trouvera ainsi des sites dédiés à ce que l’on est, ce qu’on souhaite.
En matière sexuelle, ou en rencontre.

Salvateur, ou pas, dans l’intimité de la relation, il est peut être souhaitable ( ou pas ) de rencontrer des pairs qui ont les mêmes horizons.
Mais si je suis informaticien, est il nécessaire de trouver un autre geek, sur le site 100% Geek ? Comme GeekMeMore ?
Le sujet est plus large, sur le communauratisme, et la volonté ou pas d’être ensemble, indépendamment de ce que l’on est.

Ici encore, on entrevoit clairement que l’industrie de la rencontre, de l’amour et du sexe n’attend pas.
Elle propose des pistes.
A nous de digérer, de réfléchir.
Sexe ou pas.

4 Commentaires

Classé dans Billet, Usage internet

4 réponses à “Le sexe, moteur du web ?

  1. Pingback: Le sexe, moteur du web ? | Zeboute | Scoop.it

  2. Pingback: Sémiotique de la séduction , c’est l’été ! | Zeboute' Blog

  3. Pierre

    Bonjour,

    Moi même intéressé par le sujet, merci pour cet article très intéressant.
    Bonne continuation

    Pierre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s