La distance sociale et vitale, du crabe et dans l’ascenseur !

ascenceur_proxémie_distance_geneSerré dans l’ascenseur, la distance avec l’autre m’est insupportable.
L’homme a besoin d’espace, vital, ou pas.
Ce rapport avec l’espace et la distance est la proxémie.
L’animal ne prend pas l’ascenseur, mais fonctionne pareil.
L’éthologie est l’étude du comportement animal.
Application avec la notion de distance.
Vous lirez, l’homme et l’animal se rejoignent !

Le territoire de l’animal

territoire_ethologie_proxemieL’animal ne vit pas dans l’infini de nos contrées : il a un territoire.
La territorialité est l’espace construit par les animaux.
On pense souvent que les animaux sont libres. « Tel libre comme l’oiseau« .
En regardant l’oiseau voler sur d’immenses espaces, d’un battement d’ailes, on envie cette liberté.
Et pourtant, le territoire est bien un lieu fermé pour les animaux.
Il permet de connaître les lieux de protection. Face à un prédateur, l’animal à une cache toute prête. c’est le lieu où on pose son nid.
L’espace de la séduction est également importante : les techniques de séduction passent par l’odorat, l’usage des phéromones ; aussi le territoire est le lieu inscrit dans un espace où les jeux de séductions peuvent se faire. Les animaux se retrouvent donc dans espaces limités pour garantir cet apétance sexuelle.

Enfin, les animaux ont une vie sociale, en meutes par exemple. Ils ne vivent pas seuls et se rassemblent, géographiquement. Dans une hiérarchie, une famille pour les mammifères.
La gestation pour l’animal nécessite à l’animal de se fixer. Le nid par exemple.

La distances de fuite, la distance critique et la distance sociale.

proxémie_animaux_distanceLe territoire est donc l’espace de l’animal.
A l’intérieur de ce même espace, d’autres distances entrent en jeu : la distance de fuite, la distance critique, la distance sociale.

  • La distance de fuite est la distance minimale à partir de laquelle un animal se sent en danger. Et à laquelle il décide de fuir, pour se protéger des prédateurs.
  • La distance critique est au contraire la distance maximale que l’animal autorise avant laquelle il décide d’attaquer.
    Acculé, à quelques centimètres ou quelques mètres, l’animal attaque.
  • La distance sociale.
    Parler de distance sociale à propos des animaux est un peu paradoxale. Et pourtant, dans une communauté et un territoire donné, la distance avec ses pairs est fixée par l’espèce. Certains « animaux à contact » sont collés les uns aux autres. La distance avec son prochain est nulle : c’est le cas du morse, du porc, de l’hyppopotame, la chauve souris, le perroquet, le hérisson…

Et au contraire, d’autres sont des animaux « sans contact ». C’est le cas du chien, du cheval, du chat, du rat, de la mouette.
Certaines espèces sont très proches mais n’appartiennent pas forcément à la même catégorie.
La distance sociale est la distance à partir de laquelle un individu perd contact avec son groupe.
La perte de ce contact peut être fatale : survie contre les prédateurs, besoin de l’odorat « à proximité » pour la séduction, etc…
Cette distance varie en fonction des espèces : très courte ( quelques mètres ) chez les flamands roses., et considérables pour d’autres oiseaux.
Elle est variable au sein d’une espèce : à la naissance, la mère ne laissera pas son petit s’éloigner de quelques centimètres.

  • La distance sociale chez l’homme.
    Cette distance sociale existe aussi chez l’homme. Il suffit de voir la mère terrorisée quand elle a plus l’oeil visible sur son enfant, dans un supermarché.
    Cette distance devient nulle, sur un carrefour d’une route : la mère prend la main de l’enfant pour traverser.
    La technologie a permis d’allonger ces distances sociales ( la perte du contact ) : le téléphone portable permet de tisser un lien, certes virtuel, mais concret entre 2 individus. Une mère laissera plus volontiers s’éloigner son enfant ( chez un copain ) si elle sait qu’elle peut appeler son enfant.

La régulation de l’espace, la régulation de l’espèce.

Longtemps on a cru que la régulation de l’espèce était faite par les cycles prédateurs et/ou famine.
Plus une espèce grandissait, plus la nourriture ( ses proies ) manquait. Et l’espèce déclinait. Inversement, l’espèce du prédateur déclinant, les proies pouvaient de nouveau survivre, et s’étendre numériquement.
C’est une explication, mais l’étude du rapport de l’espèce et de l’espace a établi un autre fait.
C’est l’espace qui régule l’espèce et la contrôle.
Edward Hall, dans la dimension cachée, illustre les recherches de Wilhem Schäfer, John Christian et Calhoun.

L’exemple du crabe, ou mon odeur a besoin d’un espace clos et vivable.

ethologie_crabe_distance_espaceLe crabe araignée, Hyas araneus, vit dans les eaux de la mer du Nord.
Pour se reproduire, le crabe détecte ses partenaires sexuelles par l’odorat. Aussi, l’odorat limite l’espace maximal pour pouvoir sentir ses congénères.
La vie du crabe doit donc se limiter à un espace, un territoire clos, et assez petit.
Lorsque la situation devient « critique », c’est à dire lorsque le nombre de crabes devient trop important, le crabe réagit en mangeant d’autres crabes.
Il utilise alors les jeunes crabes qui n’ont pas encore la carapace dure pour en faire leur repas.
La régulation de l’espèce n’est donc pas ici sujette à un manque de nourriture, ou par la mort comme une proie d’un autre prédateur.
Mais une auto-régulation nécessité par un espace vital.

L’espace vital, le stress des Cerfs. Ou comment mourir de trop de proximité.

ethologie_james_sika_cerf_distance_proxemieJohn Christian a eu la chance de pouvoir expérimenter l’exemple du crabe, différemment, mais avec la même conclusion.
Son lieu d’expérimentation est un lieu clos : l’île James, situé dans le Maryland, qui s’étend sur 70 hectares.
Dans cette île, en 1916, on y introduisit 5 cerfs Sika. Ces cerfs purent s’y reproduire librement, en atteignant un troupeau de 290 têtes.
Soit un demi-cerf par hectare.
Vue le taux de fécondité, la situation devenait critique en terme de population.
Et effectivement, en 1955, de manière « inexpliquée » pour l’oeil naif, la moitié des cerfs moururent en 1958.
La moitié des cerfs moururent et 161 cadavres furent retrouvés.
Pourtant, l’analyse des corps était troublante : les cerfs étaient en bonne santé. Il n’y avait pas de carence alimentaire sur l’île.
Les animaux étaient musclés, avec des réserves de graisse. Et 34 % plus lourds que les premiers daims arrivés sur l’île.
Par contre, l’analyse du taux des surrénales dans le corps montrait une chute drastique. L’activité surrénale joue un rôle important dans la régulation de la croissance et le système de défense de l’organisme.
La taille et le poids des surrénales ne sont pas fixes : ils varient en fonction du stress.

« De toute évidence cette mortalité massive ne peut s’expliquer ni par une épidémie ni par la famine ou aucune autre manifestation de cet ordre ». [ John Christian ]

La cause, l’espace vital qui se réduisait, par l’espace forcément limité de l’île , expliquait cet état de stress.
La distance acceptable du « bien vivre ensemble » se rompait.
La surpopulation engendre ce cycle de vie et de mort.

A la différence du crabe qui tue pour garder son espace vital, le cerf meure naturel, par le stress.

Ces exemples montrent ainsi que l’espèce ( y compris l’homme ) a besoin d’un territoire, d’un espace pour son épanouissement.
Les distances ( intimes, personnelles, de défense ) sont inscrites, mouvantes.
Et lorsque je prends l’ascenseur : la distance de fuite n’est plus possible.
Ni la distance critique ( ne pas être violent ).
Voilà pourquoi on a un peu inventé le langage : partager qu’on est mal à l’aise.
A suivre !

L’éthologie a permis de réfléchir à la proxémie, chez l’homme. Qu’on lira ici : la proxémie ou l’espace de communication et du bien vivre ensemble, définie par Edward Hall, dans « La dimension cachée« .

2 Commentaires

Classé dans Mes propres textes, Plus loin, Textes essentiels

2 réponses à “La distance sociale et vitale, du crabe et dans l’ascenseur !

  1. Pingback: La distance sociale et vitale, du crabe et dans...

  2. Pingback: la proxémie ou l’espace de communication et de vivre ensemble | Zeboute' Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s