La vie numérique ne peut être privée

confidentialite_internetEst-il possible de protéger sa vie privée sur internet, dès lors qu’on a ouvert la petite porte de son intimité : un pseudo, une photo de soi, et quelques informations personnelles ?
La vie numérique sur le web se traduit par des messages, des posts, des billets.
Dès lors qu’ils sont produits et publiés, ils deviennent autonomes,
et n’appartiennent plus à l’internaute. Il procèdent de la viralité.

L’utopie d’une vie privée possible.

Les réseaux sociaux permettent de se rassembler autour d’un « réseau » : amical, familial.
N’oublions pas que ces réseaux sociaux, gratuits, ne peuvent subsister que par la publicité, la meilleure audience.
Et capter l’auditoire, la technique sur le web est la viralité : je suis ami de.. ; donc je suis ton ami, etc..
C’est la chaîne classique des relations : chaque personne a un réseau en général de 15 personnes, qui elles-même ont ce réseau de 15 personnes. Mathématiquement et exponentiellement, tout le monde se connait.

La viralité des réseaux sociaux.

On parle ainsi de la viralité d’internet, par les deux mécanismes simples d’un virus :

  • la facilité de transmission : la transmission des partages est facilitée par les boutons « I like », ou le retweet.Pour entrer en relation avec l’autre, il n’est pas besoin d’être « introduit », présenté. Il suffit de cliquer.
  • la rapidité de la transmission : c’est la caractéristique d’internet immédiat et instantané ( partout, n’importe quand ) qui accélère les échanges numériques.

La viralité fait partie des tactiques et des moyens de capter le maximum de personnes, pour un site internet.
Les politiques de confidentialité mises en oeuvre par les géants du web ne sont là que pour rassurer les institutions soucieuses de protéger les citoyens.
La seule solution à un respect de sa vie privée est l’usage d’avatar, de pseudonyme anonyme.
Evidemment, Google, Facebok font la chasse à ces faux pseudonymes, puisqu’ils empêchent monétisation et connaissance de ces profils ; sous prétexte qu’ils permettent à ces anonymes de publier des propos diffamatoires par exemple.

Le faux espace privé.

Toute conversation, sur internet procède du même usage qu’une discussion dans un café, ou une manifestation publique : mon propos est capté, déformé, commenté, et il échappe à l’auteur.
C’est le propre de tout média : à l’origine medius ; « au milieu de » :

le média se place entre le locuteur et l’auditoire. Une fois prononcé, mon discours ne m’appartient plus.

Pédagogie et vie privée :

Ne soyons pas apocalyptiques, sur l’usage d’internet.
Quelques bonnes techniques permettent de rester vigilant, face à ce phénomène viral.
2 exemples :

  • Par la pédagogie : le groupe La Poste diffuse intelligemment une vidéo illustrant ce phénomène de viralité :


A diffuser à tout usager internaute, et surtout les jeunes.

  • Par l’application d’une méthode d’auto-évaluation, constante, dans l’usage que chacun fait d’internet :

On relira donc ici le bon usage des réseaux sociaux, par une règle simple, celle des 3I : la règle des 3I sur les réseaux sociaux.

[ Merci au tweet de @ClemLelardoux ]

Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans Billet, Bonnes pratiques de communication, buzz information et communication, Communication d'entreprise, Usage internet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s