Le triangle du désir mimétique, René Girard

A quoi rêvent les masses ?

Dans notre société de consommation, l’objet est désiré. Les modes, la publicité nous poussent à consommer. Avoir le dernier smartphone, faire comme son voisin. Imiter…

L’imitation, voilà la pierre angulaire de René Girard, enseignant, philosophe. René Girard a une intuition fondatrice, dans la théorie du désir : le triangle du désir mimétique. [ Mensonge romantique et Vérité romanesque, 1961 ].

Le désir n’a pas d’objet.

Livrés à nous même, nous ne saurions quoi désirer. C’est l’imitation qui nous pousse à vouloir un objet. Cette imitation infiltre ou parasite nos comportements. Entre le sujet désirant et son « objet » s’interpose donc un troisième élément : le médiateur. C’est lui qui, possédant déjà l’objet, le désigne.

René Girard représente ce « triangle » ainsi :

Un objet qui ne serait « désigné » par personne ( convoité )ne serait pas perçu comme désirable. La relation ( Sujet – Médiateur ) d’identification, soit le désir d’être comme ( le médiateur ) est antérieure à la relation ( Sujet – Objet ) d’avoir ( tel objet ). L’objet n’est que le déchet de cette relation d’identification.

René Girard conçoit deux types de médiation : la médiation externe et la médiation interne.

La médiation externe peut rester heureuse, à la différence de l’autre. Le passage de la première à la seconde correspond au mouvement de désacralisation, ou de « transcendance rabattue ».

Dans la médiation externe, le sujet désirant ne rencontre pas son médiateur. Il lui est très éloigné. René Girard prend exemple dans la littérature. Don Quichotte par exemple s’identifie à Amadis des Gaules ( Roman de chevalerie Espagnole du XIIIieme siècle ). Ce médiateur ne risque pas de contrarier les élans de Don Quichote. Pas de souci pour le séducteur, qui file des amours parfaites.

La modernité est de rabattre la transcendance. La médiation est interne : le médiateur est désacralisé. L’imitation , et faire comme l’autre peu être destructeur. Il peut obliger à détruire l’un des termes du triangle : le médiateur ou son objet. Ici, le médiateur peut être connu du sujet, cotoyé, jalousé.

« L’objet est au médiateur ce que la relique est au Sain. Le chapelet dont ce dernier s’est servi, le vêtement qu’il a porté sont plus recherchés qu’une médaille simplement touchée. La valeur d’une relique dépend de la « distance » qui la sépare du Saint. Il en est de même de l’objet dans le désir. Il nous faut donc considérer un deuxième côté du triangle, celui qui joint le médiateur à l’objet ».

D’autre part René Girard ajoute que ce triangle est isocèle : le désir se fait donc toujours plus intense que le médiateur se rapproche du sujet.

La théorie de René Girard est profonde, et a de nombreuses ouvertures :

  • Le jeu de l’enfant ou le triangle imitatif de l’adulte :

Chez l’enfant, le jeu est déjà imitation des adultes. « Faire comme papa ou maman ». La distance entre le médiateur ( l’adulte ) et l’objet ( le jeu ) est telle que l’enfant voit bien le caractère illusoire de son désir du jouet. Et ne pose pas de problème.

  • Le complexe d’Œdipe :

Le complexe d’Œdipe, de Freud, ou le désir de tuer son père ou sa mère est autre exemple du triangle mimétique de René Girard. Dans le domaine de la psychologique, on voit que ce triangle est plus « dangereux ». Papa qui possède maman est un objet plus fusionnel pour l’enfant. ( la distance entre maman et papa est ici beaucoup plus forte ).

  • Les relais dans les médias :

Le triangle mimétique est également un exemple dans la théorie de la diffusion de l’information, où certains groupes d’individus se font le relais des médias, et dont le reste de la population font comme eux.

  • La publicité :

Il n’est pas difficile ici de voir dans la publicité l’aboutissement de ce triangle : désir d’identification à l’image véhiculée dans la publicité. On s’identifie à.. pour que l’on achète l’objet ( le produit ). La publicité utilise largement ce mécanisme.

Les exemples de l’intuition de René Girard dans ce triangle sont multiples, et touchent de nombreux domaines . Ce triangle doit permettre de mieux réfléchir dans la diffusion des masses, et à quoi rêvent les masses…

Publicités

7 Commentaires

Classé dans Billet, Textes essentiels, Uncategorized

7 réponses à “Le triangle du désir mimétique, René Girard

  1. Pingback: Pourquoi acheter l’i-pad 2 ou le mimétisme rassurant | Zeboute' Blog

  2. Pingback: La fin des icones, chacun son modèle ? | Zeboute' Blog

  3. Pingback: Infographie des sciences de la communication et de l’information | Zeboute' Blog

  4. Pingback: Les billets essentiels pour ne pas bronzer idiot cet été ! | Zeboute' Blog

  5. Pingback: Les origines de la culture 3-1) "Une théorie sur laquelle travailler": le mécanisme mimétique | Thomassonjeanmicl's Blog

  6. Pingback: L’économie collaborative n’est-elle plus qu’un concept marketing ? | Zeboute' Blog

  7. Pingback: Restez maître de vous. – Pensée positive, Un peu de sens …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s