Game over Bye bye facebook Twitter & co.

Maman est morte.

Photo de freestocks.org sur Pexels.com

La première phrase d’Albert camus dans son roman l’Etranger..

Et soyons moderne !

Ma mère est morte . Mon père aussi d’ailleurs.

Mon Facebook est mort. Et Twitter aussi .

Enfin, pour moi…

Après 14 ans , je dis bye bye !

Le kiff.

Sauvez vous !

Pourquoi ?

A l’heure où des manifestants prônent une liberté sur le pass sanitaire, il y a d’autres sujets de défense de liberté.

Manipulé par les grands Gafas ( google, amazon, facebook, apple )

Vous qui me suivez de près ou de loin, vous avez suivi le cheminement sur la voie géniale des réseaux sociaux depuis 2007.

Le partage, la proximité et parfois de rendre proche des pépites émotionnelles ou intellectuelles qui rapprochent.

Même à des milliers de kilomètre.

Mon dernier message sur facebook. Twitter, Instagram , c’est game over.

Twitter est mon ami.

En 2007 , le graal . Avoir 4000 followers sur Twitter c’était une expérience jouissive,

Une exploration.

L’occasion pour moi en tant que sémiologue de décrypter tous ces outils merveilleux.

Avec un article qui d’ailleurs a été remis dans un livre autour du sujet sur la communication sur l’analyse de Twitter.

Des messages bienveillants, qui ont permis de faire la pédagogie et de montrer la valeur du partage.

Même récemment être liké par Stephane Bern est quelque part une considération de ce que je sais faire sur le numérique .

Un truc qui a touché . Même les gens un peu inaccessibles.

Ma zeboute touch efficace !

Avec tout cela, j’ai pu atteindre plus 1 million de visites sur mon blog.

Bon c’est parce qu’il est pertinent lol.

J’aurais posté ma vie personnelle, j’aurais multiplié par 10 mon empreinte numérique.

Avec des royalties, du placement de produit sponsorisé par les marques.

Non.

Mon blog est neutre, parfois insipide et compliqué à lire.

Mais c’est moi.

Mais il n’y a plus partage.

je suis devenu un vieux des réseaux sociaux . Je le suis pas inscrit sur tilt ok …

Non que je suis vieux. C’est que cela n’a plus aucun sens.

Edgar Morin a 100 ans et continue de Twitter .:.

S’ouvrir au monde.

La bulle.

Depuis, ces réseaux sociaux sont devenus des bulles où chacun reste enfermé dans ses convictions.

Un like, un partage , un nouvel ami et les gafas vous abreuvent ces mêmes partages, information.

Quand cela est positif, c’est une formidable richesse . Je l’ai testé avec un sujet écologique et de défense de ma ville contre un projet destructeur. Cela rassemble.

Cependant, on s’enferme. Les arguments auto alimentent notre conviction, notre ego.

Et les seules contradictions sont celles des anti.

Je suis là !

J’ai fait acte de bénévolat sur la formidable action de je suis la.

J’en ai été quelque temps community manager

Répondre avec bienveillance et positif sur les commentaires des journaux dont les modérateurs ne font pas leur job, ni les réseaux sociaux. Tous en rtt.

A force de refaire monter grâce au like de la communauté jesuisla , les commentaires revenaient en pôle position.

Laissant plus bas les messages :

Sur les arabes : «  qu’ils repartent dans leur pays «  ( pour des gens qui sont nés en France ).

Sur les femmes violees : «  elle l’a cherche cherche cette salope « 

Ou sur les juifs «  dommage qu’on ait pas fini le travail en 1940 ».

A vomir.

Voilà la liberté d’expression selon facebook ou Twitter !

Des propos sous le coup de la loi mais que les gafas ne prennent pas vite en compte.

Sauf pour l’agencent

Et je soutiens toujours cette belle action, même si je considère qu’elle est du ressort des journalistes qui font du buzz avec des articles polémiques, mis he font pas le service après vente. et des réseaux sociaux qui ne modèrent pas les propos tels : «  Salope je vais te niquer grave sale noire «  . Il doit avoir un bug dans l’algorithme de facebook ou Twitter .

Ah non , c’est la liberté d’expression, pardon.

La plupart des médias communiquent sur les réseaux sociaux , pensant juste informer . Le réseau social par définition est social. Interagir. Les médis font le buzz et n’assument pas après a réguler.

Tout cela est loin de la curiosité que permet internet.

Qui permet de pixorer, en cliquant de lien en lien tel un papillon curieux avide de connaissance.

Alors oui sur Twitter j’ai 4000 followers.

Alors oui ces réseaux permettent de temps en temps de trouver des petites

Pour ne pas être binaire et ne pas se voir reprocher : « bas Bern « , j’ai testé . Approuve, profite . Et d’échante .

Mais quel temps perdu

D’un point de vue éthique, bien sur tout ce que vous postez, alimentez sont utilisés par les géants pour alimenter de grandes bases de données sur votre profil, vos choix.

Chaque like vous met dans une case qui servira à alimenter le monde de la publicité bientôt en monopole par Google et facebook.

Votre petit artisan, fleuriste qui veut faire un peu de digitalisation en paye le prix fort.

Sur l’écologie naturelle, chacun met ( peut être ) le carton dans la bonne poubelle.

Sur l’écologie numérique , il manque beaucoup de pédagogie. Et mettre à la poubelle ces produits inutiles.

On aime avant de jeter : c’est si sympa pour partager..

les réseaux sociaux me font vomir.

Covid, écologie, liberté individuelle …

Des débilités sans nom. Des siècles de progrès humains mis à mal par des twits, des likes, des « je retweet « .

Des gafas ( google , amazon , facebook ) qui se réjouissent de cette haine partagée !

Nous subissons et devenons. Comme les citoyens américains. C’est pas grave tout cela …

Ces gafas Qui je vous rappelle sont plus subtils que notre jugement «  je m’en fous q’on sache que j’aime la glace à la pistache « .

Ils ont amené la victoire du populisme aux États Unis ( trump ), au royaume uni ( Brexit ) et en Italie par un parti d’extrême droite qui toent est informaticien et a compris l’usage de la manipulation sur le numérique

Et ce n’est pas fini.

La guerre avec la chine, les États Unis et la Russie n’a pas lieu en guerre de trancher mais à coup de fakenews. De désinformation , pour déstabiliser l’occident.

Devant le binaire, je choisis l’entre deux.

Quitte à me couper de trouvailles.

Mais internet ce n’est pas les réseaux sociaux . Et toujours un formidable terrain de jeu.

La dichotomie , picorer , aller de site en site et souvent trouver un truc qui vous réjouit.

Loin de l’habitude .

Loin de son ego.

Comme une trouvaille et admirer quelque chose de différent.

Ce que permet encore aujourd’hui internet.

Comme le haïku qui m’enchante chaque jour

Addict ?

3 semaines sans facebook c’est pas trop compliqué.

C’est fait .

Juste retirer le lien.

Et jouissance face à un modèle envahissant.

Je préfère les textos.

Et mieux la « réal Life « .

Best place to be.

Et avec les amis , un texto ou une photo envoyée suffit .

Pour être droit avec les convictions , notamment sur l’utilisation de mes données personnelles , il faut un jour se décider.

C’est fait.

Mon éveil sur les réseaux sociaux était un essai sur .

Mon exil est celui d’un monde numérique porté par des gafas pour la publicité, véhiculant et propogeant la haine.

Ces outils qui se cachent derrière soi disant la liberté d’expression.

Et leur incapacité soit disant de gérer la haine.

Alors que , même la championne des jeux olympiques ayant posté une image de sa course a eu sa course immédiatement suspendu. Business is business !

J’aime ce blog ! Comment être informé ?

Par un abonnement sur le site.

Sur facebook et Twitter, vous serez toujours informés.

Mes seuls posts de mes publications se font automatiquement, par un robot sur Twitter et facebook.

Car mon robot ne lit pas les autres sujets.

Il est froid. Il m’obéit.

Il m’a compris.

Faites en autant.

Voilà , bye bye facebook, Twitter, Instagram.

Les gens qui m’aimez ou qui veulent me contacter me trouveront sur internet.m, via mon blog.

Exhiber sa vie est quelque chose qui relève de la psychologie . A consulter peut être . J’ai pris rendez vous moi même lol

Je suis, je suis tellement heureux de vous dire que me voilà libre. Je ne donnerai pas malgré moi ( c’est gratuit, vous êtes le produit, quelqu’un paye : l’entreprise

D’à cote grande ou petite ).

Je ne veux plus participer à cette prostitution , d’autant que ces géants en plus ne payent pas d’impôt.

Bref,

Quand la coupe est pleine de vomi, on ne la voit plus.

On jette dans le lavabo.

Et bizarrement on se sent très bien.

Mon propos n’est pas de rejoindre les apocalyptiques du monde numérique.

J’ai assez côtoyé !

Quelles alternatives ?

Je suivrai ce qui se passe , tel un big brother.

Sans m’engager. Juste être un peu voyeur, comme beaucoup font sur les réseaux sociaux. Ne pas s’impliquer. Et c’est la bêtise qui a permis aux violents d’avoir un beau terrain de jeu. La majorité silencieuse se tait.

Aussi je me tais aussi.

Continuez à surfer .

Soyez curieux et faites un pas de côté .

Loîn des réseaux sociaux.

Keep in touch !

3 réflexions au sujet de « Game over Bye bye facebook Twitter & co. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.