La double contrainte, par l’exemple

génération_YLa double contrainte est un juxtaposition de situations, ordres, de contraintes qui s’opposent.

Au quotidien, notre monde est truffé de formules, images, situations. Tel le photographe qui nous dit  » soyez spontané ! « .

Aperçu et exemples de ces doubles contraintes !

Les doubles contraintes s’expriment par des idées contradictoires et qu’on reçoit en même temps.

Il y a notion d’instantannéité des contradictions : souvent ce sont des injonctions, impératives.

double_contrainte_communication_bloquee

Une voie possible,

mais deux directions proposées…

L’exemple du panneau suivant provient de Paul Watzlawick.

Autour de Bateson ( qui a formalisé l’hypothèse de la

double_contrainte_exemple_panneaudouble contrainte ) s’intéresse aux paradoxes possibles de la communication :

Ne lisez pas ce panneau !

Exemple suivant :

double_contrainte_exemple_sans_issue

Exemple fourni par wikipedia.

Une voie sans issue, sauf pour le cimetière..

L’humour est parfois associée à la double contrainte, car elle titille l’esprit humain.

Paul Watzlawick parle du « sel de l’esprit » !

Les double contraintes, dans le comportement.

Paul Watzlawick définit la communication digitale ( les mots, ce que je dis ), et la communication analogique ( les gestes, comment je le dis ).

Généralement, la forme verbale et non verbale de la communication est la même, cohérente. Si je crie « la vie est belle » et que je souris ou saute de joie, nous sommes bien en phase avec ce que je dis, et comment je le dis.

Lorsqu’il y a contradiction entre ces deux formes, il y a double contrainte :

  • « ton plat est délicieux », dit-on, en repoussant l’assiette, le laissant plein, ou en faisant une mine peu enthousiaste.
  • « Mon fils, tu es merveilleux », dit une mère sur un ton froid.
  • « Il faut grandir mon petit ».
  • « Sois spontané ».
  • « pourquoi n’a pas tu mis la cravate rouge ? elle est plus jolie ! ». Le lendemain : « Finalement, la cravate d’hier t’allait mieux ».
  • « si tu m’aimais tu aimerais la soupe » : contradiction reçue : je t’aime, mais je n’aime pas la soupe ». puisque je t’aime, j’aime la soupe ; mais je n’aime pas la soupe. Si je n’aime pas la soupe, c’est que je ne t’aime pas ; mais je t’aime. Etc..

Parfois, ces formes contradictoires sont volontaires. En ce sens, elles ne sont pas dangereuses : elles sont une forme de méta-communication : le message de premier niveau ( « ton plat est délicieux « ) est commenté par un second message ( une grimace ).

Parfois, elles sont involontaires, et peuvent , lorsqu’elles deviennent systématiques, et durables poser des troubles psychologiques.

Exemples :

  • « discutons discrètement entre nous », dit le présentateur de télévision à son invité, en direct sur un plateau devant des millions de téléspectateurs.
  • « Ne penses surtout pas à ta soeur », dit à l’improviste : le meilleur moyen pour forcer à y penser…
  • Dans la bande dessinée Asterix en Corse , deux protagonistes discutent : le second se voit acculé dans une situation inextricable : il ne peut dire qu’il aime ou n’aime pas la soeur :
    « Je n’aime pas qu’on parle à ma sœur.
    — Mais elle ne m’intéresse pas votre sœur.
    — Elle te plaît pas ma sœur ?
    — Mais si, bien sûr, elle me plaît…
    — Ah, elle te plaît, ma sœur !!! Retenez-moi ou je le tue ! »

Les paradoxes.

Les double contraintes peuvent n’être que des paradoxes de l’esprit, et ne se basent que sur la communication verbale : le paradoxe devient une double contrainte, si il est imposé, et laisse celui qui reçoit ce paradoxe dans une situation où il est acculé.

  • Le crétois dit « tous les crétois sont des menteurs ». Si le crétois ment, c’est qu’ils ne sont pas menteurs, et donc le crétois dit vrai : les crétois sont des menteurs. Si le crétois dit faut, alors les crétois ne sont pas menteurs, et il dit faut. Etc..

On trouvera ici une explication plus large de la double contrainte, formalisée par l’anthropologue Bateson : la double contrainte ou l’expression bugguée.

Publicités

1 commentaire

Classé dans Billet, Infographie

Une réponse à “La double contrainte, par l’exemple

  1. Pingback: Dictionnaire des paradoxes | Zeboute' Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s