Norman fait de la vidéo et de la médiologie

norman_video_etude_commentaireNorman est un humoriste, qui à travers de petites vidéos s’est fait découvrir sur internet.
Plus de 10 millions de visionnages de la vidéo « Maintenant j’ai Google »
Véritable phénomène de société, Norman est un humoriste de son temps, d’une certaine génération Y.

Et sait capter l’air du temps.
Derrière son côté « Monsieur Tout le monde« , il décortique, tel un sémiologue les signes de notre temps.

Nos comportements, notre langage d’aujourd’hui.
Une vraie matière de pédagogie pour l’étude des sciences de l’information, et de la communication.
Focus, par l’exemple.

Le phénomène Norman, c’est deux choses :
La modernité de son travail, à travers le monde du web et de ses usages.
Le travail de décryptage bienveillant de notre société actuelle.

Un homme de notre génération numérique.

Norman, de son vrai nom Norman Thavaud, est un humoriste, né en 1987, à Arras.

On regardera avec jouissance et émotion sa vidéo qui raconte en dessin sa vie : Norman en dessin ( mal dessiné )

Né en plein dans ce qu’on appelle la génération Y.
Et en tout cas, dans notre monde de la communication, basé sur ses 5 piliers.
En exemple, Norman a construit sa notoriété, et son travail sur internet, en y captant les 2 éléments essentiels de notre société de communication :

  • l’autonomie.

Loin du schéma traditionnel de l’inconnu qui monte à Paris, et qui après des années de galères, de salles vides devient artiste, Norman a commencé tout simplement sur internet, en postant des vidéos.
Pas besoin de moyens techniques coûteux et complexes :

le web permet aujourd’hui de diffuser l’information ou du contenu ( vidéo ), en toute autonomie.

Le web 2.0 a développé les outils suffisamment simples pour être autonome dans l’acte de création.
Quant au montage, et à la vidéo, les logiciels et appareils photo numériques permettent aujourd’hui,hui de produire simplement, et à moindre de coût. Plus besoin d’opérateur, de cameraman, de monteur, de scénariste, d’agent, de diffuseur.

  • la démocratisation et la mondialisation.

La seconde composante du succès de Norman, c’est qu’aujourd’hui tout peut être vu, n’importe ou, et n’importe quand, et par n’importe qui sur le web.

Pas besoin d’aller en salle de spectacle ( souvent difficile économiquement, et culturellement par certaines populations ou générations ).
La démocratisation des biens culturels ( comme du contenu qualitatif sur une œuvre littéraire, une diffusion d’un concert classique ) est bien là.
L’aspect économique joue un rôle important :

si Norman gagne de l’argent par ses vidéos, ce ne sont pas par l’achat par les spectateurs, mais par les diffuseurs (you tube ) ou annonceurs intéressés par la qualité du travail de Norman, et de sa notoriété. Orange a proposé ainsi à Norman de travailler sur une campagne de promotion de leurs produits.

Autonomie, démocratisation et mondialisation sont bien les trois composantes captées par Norman des 5 piliers qu’on pourra lire ici : les 5 piliers de notre société de communication.

L’industrie numérique de la culture n’est pas encore mûre pour sacraliser un humoriste. Norman se lance donc dans le cinéma, et plus récemment dans le spectacle ( « Norman sur scène » , en 2014 et 2015 à La Cigale, à Paris ).

Le décryptage de Norman ou le sémiologue.

Norman, tout en faisant ses observations naïves de notre monde, capte et décortique nos contradictions du monde.

Souvent dans les comportements, ou nos façons de communiquer :
Les fautes d’orthographes, les commentaires sur YouTube, la crise des 25 ans.
Chacun s’y reconnaît, et c’est ce qui fait la réussite de l’oreille extérieur d’un humoriste.

Tout comme M.Jourdain qui fait de la prose sans le savoir, Norman fait des vidéos, mais surtout, il fait un vrai travail d’anthropologue , comme Bateson qui photographiait ou filmer ses contemporains pour en décortiquer l’humain, toujours l’humain… ( sans la théorie ou l’explication froide commentée ).
Et ses vidéos sont un résumé, et souvent des exemples pertinents de la relation, de la communication.
En ce sens, ses vidéos sont une bonne matière première pour les étudiants en sciences de l’information , et de la communication.

La médiologie par l’exemple, La vidéo Top 13 des pires expressions.

Dans cette vidéo, Norman décortique les rapports de communication triviaux, mais qui sont lourds de sens.

Les fonctions du langage de Jakobson, par l’exemple.

Les étudiants ou spécialistes des SIC connaissent les fonctions du langage, formalisées par Jakobson.

Les expressions que relève Norman sont des exemples illustratifs.
Par exemple, il met en lumière la fonction phatique du langage.
Qui est un moyen dans la vie de tous les jours de prolonger une conversation, même si on n’a rien à dire. Peu importe le contenu, l’essentiel c’est d’occuper le canal de communication, ne pas laisser de vide qui interromprait la conversation.
Ce que Norman illustre par le « tu dis des phrases mais t’a toujours rien dit ( 0 idées )« .
Peu importe ce qu’on dit, l’essentiel c’est de prolonger la conversation.
Ainsi Norman s’énerve sur les personnes (plutôt agées : sont elles celles qui ont tout assimiler dans la communication ? ) qui utilisent les formules toutes faites : « va savoir« , « c’est la vie« .
Ces formules sont vides de sens ( sans information ) . Mais elles ont le mérite de prolonger une relation.
D’autant plus précieuse, dans les rapports entre les personnes justement plus agées, et plus jeunes.
Car ces formules sont universelles, et peuvent parler à tous, y compris les jeunes.

Dans la classification des fonctions du langage, l’expression poétique est parfois difficile à appréhender.
Cette fonction est commune, et ne renvoie pas forcément à l’art de la poésie.
Mais plutôt à l’usage des mots qui « sonnent bien », et qui fait qu’on choisit plutôt un mot qu’un autre.
Illustration drôle par Norman :
Lorsqu’on commente un film de cinéma, on dira : « oui c’était pas mal mais la fin était un peu longué« .
Le terme de longueur ici semble normal, à propos. Le bon mot qui sonne bien.
A la différence de ce terme, dans un autre contexte : un criminel qui sort de prison ne dira pas :
« Je sors de taule, 20 ans, c’est un peu longué« .

La communication globale : contenu et expression du corps.

Dans la communication, l’expression du langage du corps est essentielle : le geste, la mimique.
Ce que Norman illustre par le « ouais » aspiré : associé au mot « ouais », l’aspiration du mot donne une connotation différente. Que Norman relègue avec humour à la secrétaire ou la madame pipi.
Ce qui entoure les mots par le corps est aussi important que ce qu’on dit (‘oui’).

Norman nous fournit les exemples de notre temps, sur nos usages subtils de la communication.
Des vidéos à commenter d’urgence en salle de cours.
Avec de l’humour, et un support pédagogique moderne ( le web, la vidéo ), elles sont la matière première pour enseigner la communication.

3 Commentaires

Classé dans Billet, buzz information et communication, Communication, Usage internet

3 réponses à “Norman fait de la vidéo et de la médiologie

  1. Pingback: Monsieur Jourdain sur le web | Zeboute' Blog

  2. Pingback: Fonctions du langage de Jakobson, par l’exemple | Zeboute' Blog

  3. Pingback: Dictionnaire des sciences de l’information et de la communication | Zeboute' Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s