La fin du timbre poste, cet objet désuet du XXeme siècle

Le timbre poste est il mort ?

Les collectionneurs de timbre seront ravis ( ou pas ).

Ce petit objet tactile, qu’on mettait à la bouche pour qu’il colle sur l’enveloppe n’est plus. Ou plus beaucoup.

Il est maintenant autocollant. Ou directement imprimé sur les enveloppes.

La saveur de la colle à la bouche est d’un autre temps.

Et tant mieux, ou tant pis, si le timbre était un peu de travers, sur l’enveloppe.

Cette maladresse n’a plus d’importance.

Vie et mort du timbre poste.

Aujourd’hui, on n’écrit plus de lettre écrite. On post [ poste ], on utilise l’e-mail.

Les cartes postales sont encore les derniers vestiges d’une communication surannée : j’envoie un message de loin, de là où je suis.

Et ce message prend dans l’espace le vrai chemin entre 2 points.

D’une boite à lettres, la carte transite par train, avion, fourgon postal.

Et finalement, la bicyclette du facteur, qui de sa foulée vous ramènera la carte.

La carte, à la fois objet physique (contenant ), et le message écrit ( contenu ).

L’espace et le temps du timbre

L’arrivée des réseaux numériques a annulé l’espace et le temps.

Le message, la carte virtuelle, la photographie prise avec son smart phone sont envoyés instantanément.

L’espace est annulé. Le message est immédiatement visible n’importe où sur la planète, pourvu qu’on ait un point numérique à disposition.

Aujourd’hui, on utilise plutôt le smartphone. On prend la photo instantanée, et on l’envoie.

Évidemment, les messages numériques, convertis en une suite de bits (0 ou 1 ), circulent via des milliers de kilomètres de câble optique ou de fils de cuivre.

Mais la vitesse considérable remplace cet effort millénaire du messager, qui courait apporter la nouvelle.

Le timbre vert à contre courant de notre monde numérique.

Le timbre économique ( moins cher ) s’accompagne du timbre vert : un peu moins cher que le timbre ordinaire, il est plus lent.
Il est un exemple de paradoxe de notre temps.

Volontairement, on choisit de laisser le temps ( 2 jours ) au message d’arriver à destination.

C’est comme si on postait un Tweet sur Twitter, en décalant sa publication de deux jours.

Sur Twitter, vu son espace temps, cela revient à publier deux ans après… Il est peut être déjà obsolète.

La poste a donné un nouveau sens à ce timbre vert. Il est devenu écologique.

Plutôt que de le faire transiter par avion, la lettre est acheminée par des transports plus écologiques : le train.

Dans un effort d’écologie, de modernité écologique, et pédagogique, la poste pourrait donner aux usagers la traçabilité de notre courrier.

Sur une carte numérique, voir le tracé lent de la lettre, transitant de gare en gare, de Lyon à Massy, jusque Noeux les Mines…

Le goût du timbre, sur la langue, c’est la bave légère de l’escargot, à petite vitesse.
Le numérique est devenu froid, et sans saveur. Avons-nous encore le temps ?

A lire également :

La fin de l’ennui, cet objetdésuet du XXème siècle 

Le dictionnaire, cet objet oublié du XXème siècle

Le point- virgule, cet objet désuet du XXème siècle

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Billet, ces objets oubliés, Fin du XXeme siècle, médiologie, Usage internet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s