L’image et l’écrit : différences et ressemblances ?

La photographie touche aux sens, à l’émotion et à la raison.

Voilà un média complet.

Entre nous, derrière cette photographie, qu’y voit on ?

un soldat et un enfant bien sûr. On est ému, par. Et notre raison. Finalement, on s’interroge sur la de ce que le photographe a voulu nous communiquer.

Selon les convictions de chacun, on interprétera cette image :

–          comme la dénonciation de la guerre, qui prend en otage des civils, et des enfants.

–          l’aide bénéfique de l’armée et de la guerre, protégeant ses victimes.

–          La manipulation d’une nation pour rendre « positive » une intervention armée.

Voilà la limite de la communication analogique. Elle use de nos sens, se comprend facilement, mais reste ambigue, et inefficace.

On aurait besoin d’une explication verbale ( communication digitale ) pour éclairer le sens.

La communication analogique n’a pas de syntaxe permettant une explication non équivoque. [ on lira l’axiome de la logique de la communication, Par Watzlawick : communication digitale et communication analogique ].

L’image ressemble donc à la réalité, et il n’y a pas besoin de mots, de raison pour la comprendre. Le signifié (ici un soldat ) se donne par la ressemblance à ce qu’est un soldat.

C’est la différence avec la langue, où le signifié ( le soldat ) ne ressemble pas à son signifiant, le mot : le mot soldat ne ressemble pas à un soldat.  Le mot « soldat » est arbitraire. On lui donne d’ailleurs un signifiant différent, selon les langues ( soldier / soldat …). Les mots sont arbitraires, et se différencient entre eux par des phonèmes différents. Les mots « vache » et « tache » se différencient par le phonème « t » et « v ». La langue est ainsi un système d’oppositions arbitraires et de différenciations.

Doit-on opposer l’image, la photographie, le « visuel » de la langue écrite ou verbale ?

Ces médias sont ils vraiment différents, ou procèdent ils des mêmes logiques ?

Dans une époque où le visuel, et l’image deviennent, c’est une question intéressante. Peut on décrypter les images comme un discours ?

Reprenons l’exemple de l’image ci-dessus :

Dans la photographie, c’est une opposition d’images ( le soldat effrayant dans ses habits et la douceur de l’enfant ) qui permet de comprendre la photographie, et de la brutalité et l’absurdité humaine de la situation. C’est bien le message du photographe. La notion d’opposition et de différenciation, que nous avons évoqué plus haut dans les mots est elle la même notion que dans la langue ? L’image comme un système de langue ?

Les linguistiques structuralistes du XXeme siècle ont tenté de définir la communication visuelle comme un sous ensemble de la linguistique.

Christian Metz, grand spécialiste du cinéma, et contributeur de la théorie française du cinéma, a formalisé ces théories, et ses doutes.

On lira son texte essentiel, permettant de réfléchir à cette opposition de l’image et de l’écrit : L’analyse des images, par Christian Metz.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Billet, Communication, Mes propres textes, sémiologie, Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s